stat

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2012

Israel Magazine recommande la lecture d'Olivier Javal (octobre 2012)

israel.jpgISRAEL MAGAZINE OCTOBRE 2012

LITTERATURE PAR LYDIE TÜRKFELD

CLOWN BLANC, NEZ ROUGE

Roman, d’Olivier Javal.

Un premier roman très émouvant, qui lève le voile sur les troubles bipolaires, une maladie psychique relativement méconnue. Le récit d’un double-combat, porté par une détermination farouche, et d’une « résilience » identitaire.

Les troubles bipolaires touchent environ un million de personnes en France. Pourtant, le tabou persiste à leur sujet et nombre de malades tentent de cacher les crises qui les affectent, y compris à leur entourage. Comme s’il s’agissait d’une maladie honteuse. Olivier Javal a choisi de nous faire partager l’itinéraire d’un homme, Jacques, qui a réussi à « apprivoiser » sa bipolarité grâce à une volonté sans faille et à un courage exceptionnel. Tout au long de sa vie, aux périodes d’apaisement, aux instantanés de bonheur, succèdent des éruptions d’excitation ou de sentiments de toute-puissance allant jusqu’au vertige, suivies de phases d’extrême abattement avec, en filigrane, une multitude de questionnements. Car les troubles de Jacques sont aussi identitaires : ayant appris sa judéité tardivement, elle lui a pourtant été insufflée « de façon invisible, et elle inonde (ses) racines, quelle que soit la direction où (il) regarde ». Véritablement coupé en deux entre cette identité juive et une « identité laïque, qui (est) sa vraie identité et qui ne laisse aucune place à la judéité », il réalise peu à peu que son cerveau a pu s’échauffer en tentant de « concilier les inconciliables ».

Malheureusement, en dépit du chemin intérieur parcouru, il verra son fils touché à son tour par la maladie ; la transmission génétique des troubles bipolaires étant une hypothèse de plus en plus envisagée par le milieu médical. Face à son enfant atteint de façon terrible, le père n’a plus, désormais, qu’un seul objectif : le sauver. Ce récit poignant démontre que toute personnalité, y compris la plus morcelée, dispose d’un immense potentiel de reconstruction et – pour utiliser une métaphore – qu’un tableau cubiste peut parfaitement se transformer en toile impressionniste, à condition que le sujet ait accepté son propre passé, ses fragilités et ses origines.

Editions Kirographaires. 238 pages. 18,95 euros. Parution : juillet 2012.

Les commentaires sont fermés.