stat

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2013

Frédéric Andrau, invité du 19-20 de Jean-Noël Mirande sur France 3

Frédéric Andrau était l'invité du 19-20 sur France 3 dimanche 3 mars 2013. En tant qu'attachée de presse, j'ai décrypté pour vous ce qui a été dit lors de ces cinq minutes consacrées à son livre Monsieur Albert - Cossery, une vie publié par les Éditions de Corlevour. 

Notons que CINQ MINUTES à la télévision pour évoquer la littérature, c'est déjà EXCEPTIONNEL. BRAVO ET MERCI à Jean-Noël Mirande pour avoir été un excellent lecteur et pour avoir osé ça.

image.jpgINTRODUCTION DE JEAN-NOËL MIRANDE : 
C'est un écrivain égyptien qui avait élu domicile au coeur de Saint-Germain des Prés à Paris, pour écrire des livres en français. Albert Cossery fut un artiste rare dont les livres sont de petites merveilles. Un récit lui rend hommage pour le centenaire de sa naissance : Monsieur Albert de Frédéric Andrau.

Frédéric Andrau est l'invité de ce journal, nous le retrouverons dans un instant, mais avant cela une évocation en images de l'un des écrivains les plus singuliers du XXème siècle :

REPORTAGE DE FRANCE 3 (images d'archives et citations): 
"Je ne me suis jamais senti hors de l'Egypte, je la porte en moi". Il y a cette terre natale dans laquelle se passent ses romans et son pays d'adption, Saint-Germain des Prés, les deux seules histoires d'amour durables d'Albert Cossery. À la Libération, le jeune Égyptien débarque à Paris, il pose ses valises dans cet hôtel de la rue de Seine, il ne le quittera plus. L'établissement est fréquenté par les intellectuels et les jazzmen américains, il y apprend le goût d'une certaine bohème. "Les femmes que j'aime me fatiguent. C'est à dire être gentil, indulgent, pendant trois, quatre heures, pour moi c'est fatigant". Pas d'attache ni de propriété : la liberté selon Albert Cossery. Rive gauche, il mène une vraie vie de dandy égoïste. Pour lui, Paris est une fête : il dort jusqu'à midi, prend son café au Flore et dîne chez Lipp. Ses fréquentations s'appellent Camus, Queneau, Vian, Gréco. On raconte que le romancier n'écrivait souvent qu'une phrase par jour. "Un paresseux intelligent, c'est quelqu'un qui a réfléchi sur le monde dans lequel il vit. Et donc ce n'est pas de la paresse. Pour moi, la paresse c'est le temps de la réflexion." Épicurien, indolent, Albert Cossery met parfois quinze ans à terminer son ouvrage. Le plus parisien des exilés s'est éteint à 94 ans dans sa chambre d'hôtel à Saint-Germain des Prés. Il laisse sept romans et un recueil de nouvelles, tous salués par les fins lecteurs. 

FrédéricAndreau.jpgFRÉDÉRIC ANDRAU INTERVIEWÉ PAR JEAN-NOËL MIRANDE:
- Frédéric Andrau, bonsoir
- Bonsoir
- Alors, vous rendez hommage à Albert Cossery dans une biographie, enfin, plutôt un récit intitulé "Monsieur Albert - Cossery, une vie". Est-ce que l'on doit dire qu'Albert Cossery est un écrivain égyptien ou un écrivain de langue française ?
- Les deux. C'est un écrivain qui est resté très égyptien jusqu'au bout de sa vie, mais qui avait fait le choix de porter un regard sur l'Egypte en dehors de l'Egypte, mais avec une acuité qui ne peut que nous avoir fait déplorer sa mort un peu prématurée par rapport aux événements qui ont suivi.
- Alors, en tous cas un écrivain très parisien - on l'a vu dans ce reportage - son clocher c'était Saint-Germain des Prés ; sa cantine c'était le Flore ou Lipp ; il vivait à l'hôtel - il a vécu après la guerre à l'hôtel toute sa vie, pourquoi il avait fait ce choix-là ? 
- Il avait fait ce choix-là parce que quand il est arrivé d'Egypte à Paris, il avait bénéficié d'une chambre de bonne à Montmartre. Et puis c'était un garçon qui était plutôt élégant, plutôt séducteur, et qui avait comme exercice privilégié de draguer les jeunes filles, et si possible de les ramener chez lui à Montmartre. Mais quand il les séduisait, il leur disait "Venez chez moi, j'ai un petit pied à terre", mais il ne leur disait pas qu'il y avait tout Paris à traverser pour y aller. Donc finalement il a trouvé que c'était plus pratique d'avoir une chambre à Saint-Germain des Prés. 
- En tous cas, c'est une figure que l'on a pu croiser à Saint-Germain des Prés. Il était pratiquement tous les après-midi au Flore, mais alors quand écrivait-il ?
- Il pouvait rester plusieurs jours - dans le reportage on parlait d'une phrase tous les quinze jours, il disait aussi qu'il pouvait n'écrire que deux mots par mois - je crois qu'il avait réussi le tour de force de faire de l'oisiveté un art de vivre. Donc est-ce que c'était un prétexte pour ne pas écrire beaucoup ou est-ce que c'était vraiment son rythme d'écriture ?
- Il était en tous cas à rebrousse-poils de notre époque aujourd'hui où la vitesse est plutôt revendiquée?
CouvCossery.jpg- Oui et ce qui est assez frappant, c'est qu'avec sept livres - huit en tout, mais sept romans - il ait laissé une telle empreinte dans la littérature, parce qu'aujourd'hui beaucoup de gens le lisent. Joëlle Losfeld qui est son éditrice attitrée me disait l'autre jour qu'elle "sortait", pour reprendre son expression, dix livres par jour. Donc ça veut dire qu'il y a quelque part en France dix personnes qui tous les jours commandent un livre d'Albert Cossery 
- Et ça veut dire aussi qu'on ne trouve pas les livres d'Albert Cossery dans les bacs de livres d'occasion parce que quand on a lu un livre d'Albert Cossery, on le garde pour soi
- Oui, et puis on veut vite acheter les autres surtout
- Mais c'est vraiment quelque chose de très particulier, parce qu'en général les écrivains qui encombrent les libraires de trop de livres.. Albert Cossery, c'est vraiment parcimonieux
- Dès qu'on a découvert Albert Cossey, on est d'abord séduit par l'écriture. Je trouve que son écriture agit un peu comme un appareil-photos, c'est à dire qu'il pose une justesse sur les choses, sur les gens, il crée des personnages vraiment extraordinaires, il a une imagination foisonnante, et on ne peut pas oublier son écriture, c'est extrêmement précis 
- En tous cas, c'est un inconnu célèbre ou un célèbre inconnu, et c'est un auteur à découvrir et surtout à découvrir à travers votre livre Monsieur Albert - Cossery, une vie, c'est aux Éditions de Corlevour. Merci beaucoup Frédéric Andrau d'avoir été l'invité de ce 19-20.

REVOIR L'ÉMISSION 
(c'est de 15 min 20 à 20 min 20)

Les commentaires sont fermés.