stat

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2014

La Une de Service littéraire est consacrée au Marilyn Monroe de Claude Delay chez Fayard (Merci à Jacqueline Demornex, février 2014)

marilynservice.jpgSERVICE LITTÉRAIRE
Le Journal des écrivains fait par des écrivains
Le mensuel de l'actualité romanesque
N°70 Février 2014
 
M la Maudite
 
Claude Delay nous explique que Marilyn était attirée par la lettre M (aime !) comme un aimant.
 
Par Jacqueline Demornex (écrivain et journaliste, dernier ouvrage paru : "Le pire, c'est la neige" chez Sabine Wespieser)
 
Les initiales ont un pouvoir. Alors que les initiales BB annonçaient la moue de Brigitte Bardot et titraient son autobiographie, la lettre M attire, aimante, tout ce qui touche à Marilyn Monroe. Mmm, murmurait-elle en attaquant (mal) ses phrases. Ce reliquat d'un bégaiement d'enfance va colorer sa vie. Miss Mmm devenue Monroe garde sa relation démesurée avec le M, comme le souligne Claude Delay dans "Marilyn Monroe, la cicatrice". C'est un livre blond-blanc-rose au-dehors, noir au-dedans. Sur la couverture, une Marilyn souriante et nue ne cache pas l'énorme cicatrice que lui a laissée une opération de la vésicule. Claude Delay explore des blessures plus anciennes, jamais cicatrisées. Rassemblées sous la bannière du M, voici les plus flagrantes : 
 
M comme Mother, Maman. Cette mère, qui se révèle folle à enfermer, était sans tendresse pour la petite Norma Jeane. Plus tard, Marilyn va collectionner les mères de remplacement : tante, tutrice, psys, coaches ou gourous, la plupart ont compris quel ascendant elles pouvaient prendre sur elle. Et souvent, quel profit elles pouvaient en tirer. Mauvaises mères pour Marilyn, la femme enfant sans enfants. Et sans père. L'absence paternelle est si lourde qu'elle appelera ses maris "Papa", ou "Pa".
 

marilyncouv.jpg

M comme Maquillage, Make-up. À son maquilleur, Whitey, elle fait jurer de la maquiller sur son lit de mort (ce qu'il fera). Elle lui doit ce visage lumineux qui crève l'écran, et qui demande plus de cinq heures de travail. Le maquillage comme un Masque ? Plutôt la version photogénique du Mentir vrai d'Aragon.
 
M comme Miroir. Le miroir est devenu "son partenaire de chaque instant". Elle y contemple celle qu'elle est devenue, et qu'elle a fabriquée de A à Z. Si loin de Norma Jeane... Un jour, Truman Capote la découvre immobile devant une glace, et lui demande ce qu'elle fait là. "Je La regarde", répond-elle.
Jamais elle ne pourra relier Marilyn et Norma Jeane. Elle estr l'une et l'autre, et ne trahira jamais l'une pour l'autre. Ce dédoublement lui procure un tel sentiment d'étrangeté qu'elle se demande souvent qui vit à sa place. Aucune psychanalyse ne pourra l'aider à réunir ses deux moi.
 
Claude Delay a plongé dans la vie de Marilyn Monroe avec une intelligence et une sensibilité peu communes. Son récit sonne juste. "Because it's the truth", comme le dirait l'actrice elle-même... Cette empathie culmine dans la cérémonie solaire et funèbre qu'est le tournage des "Misfits", dans le désert du Nevada. Et qui précède de peu sa mort à elle, dans des circonstances restées mystérieuses. Dieu merci, elle rayonne lorsqu'on lui dit que M, en français, se prononce comme "aime" à l'impératif. "Aime" ! Un conseil qu'elle a suivi toute sa vie au pied de la lettre. J.D.
 
Marilyn Monroe, la cicatrice de Claude Delay, Fayard, 336 p., 20,50€

Les commentaires sont fermés.