stat

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2014

La Voix des sans Voix a aimé "Camille, Camille, Camille" de Sophie Jabès (12.10.14)

« Camille, Camille, Camille »

Texte de SOPHIE JABÈS

Capture d’écran 2014-10-19 à 22.52.31.png

Une vieille femme sur un banc, Belle, terrifiante. Elle nous regarde, nous fixe de ses yeux qui ont tout vu. Tout compris. Au-delà des frontières de la raison.

vz-AADC5968-0B87-432E-9A7F-F4C324CE49A6.jpeg

Une autre, la statuaire dévastée. Dispersée près d'une valise. Ecartelée entre la vie et la vie. Entre la haine, la peur et l'oubli.

Une troisième, jeunesse allongée, dos nu gracieux, triangle de soie offert... à qui ?

A celui qui vient. Celui dont on ne cesse de parler. Présence, absence qui plombe. Au nom sans cesse prononcé. Cet homme-là n'a pas de prénom, c'est un artiste : « Rodin ». Deux syllabes modulées entre désir, désespoir et rejet. C'est par lui qu'elles existent. C'est pour lui qu'elle s'est enchainée. Pour lui ou pour l'art. Mais n'est-ce pas là le revers d'une même histoire ? Si et on le sait d'avance. Puisqu'on est venu pour Elle. Puisqu'on est venu pour elles, pour leur histoire. Pour son histoire superbement diffractée sur scène, superbement interprétée.

Tendresse particulière pour la femme au banc et la fille aux rubans. Deux facettes d'une même ténacité. D'une hauteur d'âme qui ne veut rien lâcher.

camille-300.jpgLa folle sait. Comme tous les fous. Déchirante, vibrante, ironique même, la folle connaît la fin de l’histoire : la belle n'ira pas danser, la bête l'aura dévorée après l'avoir possédée. On n’oubliera pas de sitôt son regard sur nous posé. La belle pressent, comme toutes les belles, le danger. Infernal dilemme entre passion et raison. La femme mûre, trahie, abandonnée, en est dévastée…

Le destin est en marche, rien ne peut l’arrêter. Même si, un temps, (miracle de la mise en scène de Marie Montegani), l’union entre les trois Camille (Clémentine Yelnik, Nathalie Boutefeu, Vanessa Fonte) semble se sceller.

Beauté du théâtre qui nous donne un espace où rêver à d’autres routes, d’autres sentiers que l’autoroute annoncée. Au seuil de la mort, la folle crie à la belle de s'éloigner du vautour. Mais écoute-t-on jamais celle qui sait ?

Comment prévenir ? Comment dire ? Qui, au creux de nous, peut entendre le message caché ?

Au-delà du cas « Camille Claudel » ces questions-là sont nôtres à jamais.

Merci mesdames de nous les mettre sous le nez. Merci pour la grâce et la passion de votre interprétation. Je suis sûre qu’Elle aurait aimé.

Camille Arman ce 12 /10 /2014

Les commentaires sont fermés.