stat

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2014

Audrey Natalizi donne son sentiment suit la pièce de Sophie Jabès dans "Mes illusions comiques.com" (23 octobre 2014)

"Camille, Camille, Camille" de Sophie Jabès / Marie Montegani / Théâtre du Lucernaire

Capture d’écran 2014-12-01 à 15.03.41.pngC'est une plongée au cœur dans l'âme de Camille Claudel que nous proposent Sophie Jabès (pour le texte) et Marie Montegani (adaptation et mise en scène) au Lucernaire. Loin de se limiter à ce que l'on connait de la biographie de la sculptrice, les deux femmes nous livrent ses pensées les plus profondes dans un spectacle poignant intitulé Camille, Camille, Camille.

Capture d’écran 2014-12-01 à 15.03.32.pngLes trois Camille du titre ne sont bien sûr qu'une seule et même personne, représentée aux trois âgés de sa vie, par trois comédiennes différentes présentes sur scène simultanément. Il y a d'abord Camille au seuil de sa mort (Clémentine Yelnik), vieillarde enfermée depuis trente ans. On la dit folle ? Ses souvenirs semblent de prime abord clairs. Il y ensuite Camille la quadragénaire (Nathalie Boutefeu), sur le point d'être internée. Une femme pleine d'amertume contre celui qui l'a laissée, Rodin. Un fiel qui la ronge, la pousse à détruire ses oeuvres, la fait sombrer. Et puis il y a Camille la pétillante, pleine de vie et de jeunesse (Vanessa Fonte), magnifique, sur le point de succomber aux avances de son maître. Trois instants clefs de la vie d'une femme. Trois instants qui nous font ressentir tous ses doutes, ses douleurs, ses questionnements intérieurs sur la difficile articulation entre sa passion pour la sculpture, son amour pour Rodin et le jugement de sa famille.

Capture d’écran 2014-12-01 à 15.01.39.pngDans une demi-obscurité, les monologues se succèdent avant que les trois Camille ne dialoguent par delà le temps, par delà la raison, comme une expression de la schizophrénie du personnage. "Si jeunesse savait ..." dit l'adage. Alors Camille la vieillarde va tenter de mettre en garde la bouillonnante jeune fille : ne pas succomber à Rodin, fuir loin pour rester soi-même, ne pas se perdre, ne pas se faire voler son œuvre. Mais la vieillarde n'est pas dupe :  "je sais qu'on ne remonte pas le temps" conclut-elle, attendant la mort comme une délivrance.

Capture d’écran 2014-12-01 à 15.01.26.pngDistribution parfaite : chacune des trois comédiennes se fond dans la peau du personnage à des âges différents. A fleur de peau, chacune à leur manière, elles insufflent la folie, la passion à ce texte déjà criant de douleur. Une introspection particulièrement réussie et un spectacle que l'on n'hésite pas à vous recommander.

Camille, Camille, Camille de Sophie Jabès, adaptation scénique et mise en scène Marie Montegani. Avec Vanessa Fonte, Nathalie Boutefeu, Clémentine Yelnik. Au Théâtre du Lucernaire, du mardi au samedi à 18h30, jusqu'au 22 novembre 2014 (relâche le 28 octobre). Durée : 1h.

 

Les commentaires sont fermés.