stat

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/09/2013

Frédéric Andrau invité sur RFI pour "Monsieur Albert - Cossery, une vie" aux Éditions de Corlevour

Ce 4 septembre 2013, Alain Blottière et Frédéric Andrau étaient les invités du jour dans l'émission Vous m'en direz des nouvelles (VMDN) / RFI sur Radio France international.

Il est possible de réécouter l'émission en empruntant ce lien :

http://www.rfi.fr/emission/20130904-2-alain-blottiere-frederic-andrau

1170956_227553604062463_127878850_n.jpg

05/07/2013

"Monsieur Albert" de Frédéric Andrau (Éditions de Corlevour) dans la présélection du Prix Charles Oulmont - Fondation de France (liste du 17 juin 2013)

picollec.jpgCouvCossery.jpg

22/06/2013

Le Cercle Cosaque reçoit Frédéric Andrau, venez nombreux jeudi 27 juin 2013, à Belleville vers 20 h

27 juin 2013 - 20ème Cercle - Sur Albert Cossery 

Olivier Maulin et Romaric Sangars vous convient au dernier cercle de la saison avec Frédéric Andrau pour son livre Monsieur Albert (éditions de Corlevour). 

Programme : Regarder passer les jolies filles et moquer les puissants, Albert Cossery contre le monde moderne. 

De quoi préparer un bel été sans quitter sa toque, son cocktail et ses lunettes noires. Zapoï !

2425802320.jpg

23/05/2013

Laurence Biava fait l'éloge de "Monsieur Albert" sur La Cause Littéraire

Monsieur Albert Cossery, une vie, Frédéric Andrau par Laurence Biava

CouvCossery.jpgJ’ai lu avec régal le livre de Frédéric Andrau. Où Albert Cossery, séduisante figure tutélaire de Saint-Germain-des-Prés, est dépeint tel un auteur atypique par la rareté de son écriture, par ses thèmes de prédilection et son mode de vie.

Disparu il y a cinq ans, il aurait eu cent ans cette année. A l’occasion de ce centième anniversaire, Frédéric Andrau rend brillamment un hommage appuyé à l’une des figures les plus singulières de la littérature française. Ce récit s’apparente à un beau livre mémorial, où dans un dialogue ininterrompu, il lui adresse un très amical salut. Retraçant une vie sédentaire à l’extrême, Andrau s’évertue à tout dire, tout raconter, avec une rare concision. Quel brio ! 276 pages qui vous tiennent en haleine. L’ouvrage est dédié à Monique Chaumette qui fut l’épouse de Cossery.

Qui était ce Cossery ? Cairote et Germanopratin jusqu’au bout des ongles – et c’est ce que raconte l’ouvrage avec force et détails –, il a profondément marqué tous ceux qui l’ont lu et rencontré par sa singularité, sa personnalité réservée. Il était pourtant de ces princes superbement ignorés, un marginal discret, souverainement libre, allégé des pesanteurs sociales, affranchi des contingences élémentaires : il méprisait l’idée d’être dans le besoin, et il dédaignait de perdre sa vie à la gagner. Ecrivain égyptien de langue française, il laissa une trace indélébile parce qu’il avait choisi de n’être l’esclave ni de rien ni de personne et s’adonna à l’art difficile du « farniente », fidèle à ces intransigeantes devises, comme en témoignent ses frasques subtiles. Pareil à un reptile ou à un félin fasciné par la torpeur, adonné au culte du soleil et de la rêverie, on le voyait déambuler gracieusement boulevard Saint-Germain.

Il passa soixante ans dans une chambre d’hôtel à Paris, il publia seulement huit livres, il s’évertua de longues années à donner l’impression de ne rien faire : à force de cultiver un détachement absolu de tout bien matériel, il n’est pas faux de dire que toute sa vie tient dans un mouchoir de poche. C’est le côté dilettante d’Albert Cossery qui est surtout bien rendu dans cet ouvrage hors pair. Cette insouciance, cette désinvolture sont admirablement restitués par Frédéric Andrau : le contenu fourmille de détails et d’anecdotes, entre la Brasserie Lipp, le Flore, les Deux Magots, l’hôtel La Louisiane, où notre héros singulier retrouvait sa sobre petite chambre. Pêle-mêle, on retrouve ses virées nocturnes et rencontres avec Camus, ses balades au Jardin du Luxembourg. Sont également savamment distillées les relations avec les écrivains de son temps, les hommes de théâtre et de cinéma. C’est toute une visite intime de son univers, en quelque sorte, et une manière bien agréable de mirer à la loupe les habitudes évocatrices d’un parcours littéraire à part : l’émotion et l’humour dispensés autour des caprices atroces et insupportables de l’écrivain, sa lâcheté, son manque de diplomatie aussi, cette façon de dépeindre l’homme vieillissant, toujours élégamment vêtu, profitant souvent de ses amis au point de se faire offrir régulièrement des chaussures ou des flacons de lavande, cette façon de révéler dans toute sa splendeur un homme qui a fait des choix rigoureux en ne s’étant jamais abaissé à écrire pour vivre, sont bienvenus. Les dernières journées, les dernières heures de Cossery qui causèrent un émoi certain à Saint-Germain des Prés sont si bien relatées qu’on a l’impression rétroactivement de les re-vivre.

Pour dire la vérité, vous n’aviez pas une grande attirance pour Sartre. Lorsque vous vous croisiez, vous vous saluiez d’un signe de tête mais vous ne vous étiez jamais vraiment parlé. Vous lui reprochiez notamment d’être toujours entouré des femmes « les plus laides du monde », alors qu’en ce temps là les filles étaient si « belles et intelligentes ». La laideur vous avait toujours repoussé.

Qui se souviendra d’Albert Cossery ? écrivit lui-même Albert Cossery, le jour de sa mort.

Né en 1913 dans une famille relativement aisée, Cossery tenait de son père que la paresse est un luxe : celui des esprits libres et contemplatifs. Très vite, il comprit et sentit que la seule ambition digne d’être émargée se confondait avec la littérature ; que la « vraie vie », la seule digne de ce nom, se déroulait à côté des circuits balisés et des plans de carrière. Point fort : Frédéric Andrau nous enseigne que Cossery était baudelairien, et il le fut non seulement dès les premiers poèmes qu’il écrivit, mais dans cet inimitable art de vivre, voué au culte des charmes féminins. Lorsqu’il se découvre très jeune une vocation d’écrivain à laquelle il sacrifie tout, Albert Cossery refuse littéralement toute forme de travail, tout statut social. Après avoir fréquenté le Lycée français et les cercles surréalistes du Caire, Cossery s’installe donc à Paris en 1945, où, grâce au soutien précoce d’Henry Miller et d’Albert Camus, son ami, il se fait rapidement un nom et un prénom. Noceur infatigable, indifférent à la politique, il lit Stendhal, Céline et Gorki, en menant une vie essentiellement nocturne, aux côtés de Genet et de Nimier, de Piccoli et de Greco. Pique-assiette, gigolo et écrivain des bas-fonds du Caire, qui inspirent tous ses romans, cet homme de légende, libre comme un marin, n’écrit que des histoires égyptiennes. C’est à Paris qu’il trouva son lieu et sa formule, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, autant dire son port d’attache.

On retiendra principalement l’immense Mendiants et orgueilleuxdes Hommes oubliés de Dieu (1941) les Couleurs de l’infamie (1999) : ces livres de conteur oriental célèbrent avant tout la richesse des misérables, la misère des puissants, l’inutilité des formes concrètes, les vertus du désir, le sortilège de l’abstraction.

L’écrivain est maître de son écriture. ON prétend qu’il écrit ce qu’il veut quand il veut. Tenons-nous en à cette théorie : vous n’avez toujours voulu composer que sur l’Egypte pauvre et vous l’avez fait. Il nous a bien fallu nous en contenter mais tout de même… Paris, la France votre traversée du siècle, ces années fantastiques du Montparnasse d’avant-guerre et du Saint Germain d’après ? Vous croisiez régulièrement la lune dans le ciel de Paris sans jamais avoir pensé à l’inscrire quelque part. Certains se plaisaient encore à l’espérer, mais vous, vous saviez depuis toujours que vous ne feriez rien de tel. Les années passaient, la lune montait et descendait, et rien ne se tramait… Vous avez traversé votre vie littéraire comme si vous n’aviez jamais voulu laisser s’exprimer vos voix intérieures, comme si vous aviez toujours voulu en rester le maître absolu.

Proclamé Grand Prix de la Francophonie par Jacqueline de Romilly, l’œuvre de Cossery fut rééditée intégralement fin 2005 chez Joëlle Losfeld, et se compose de sept romans et d’un recueil de nouvelles.

Inoubliable voix rare, qui sut cultiver la patience, la paresse, l’art de se faire attendre, et que rend merveilleusement le livre de Frédéric Andrau, en lice pour deux Prix littéraires, dont le Prix Rive gauche à Paris.

 

Laurence Biava

22/05/2013

La Revue des Deux Mondes (recension d'Olivier Cariguel), mai 2013

9782356500625.jpgRevue des deux mondes - mai 2013

Notes de lecture p. 186

Biographie

Monsieur Albert. Cossery, une vie de Frédéric Andrau

éditions de Corlevour, 300 p., 19,90 euros

Publiée à l'enseigne d'une maison d'édition au nom de whisky écossais, la tentative biographique du journaliste Frédéric Andrau consacrée à Albert Cossery entretient avec sympathie la notoriété de ces Egyptien parmi les plus célèbres de Paris. On connaît le mythe Cossery. L'homme a vécu près de soixante ans à La Louisiane, un hôtel de Saint-Germain des Prés. Son art de la paresse, son existence de dandy sybaritique, ses amitiés littéraires (Henry Miller, Cioran, la faune germanopratine de l'après-guerre) continuent de susciter la curiosité. Quant à Cossery, l'"esprit frappeur" selon son compatriote Georges Henein, il a écrit en tout et pour tout huit livres. Chacun, à l'exception du dernier, Les Couleurs de l'infamie, a au minimum été édité chez trois éditeurs différents. Ce champion de la réédition fut révélé par Edmond Charlot, premier éditeur de Camus, puis redécouvert par Joëlle Losfeld au seuil des années quatre-vingt-dix. Elle réveilla une oeuvre en sommeil, qui jouissait toutefois de la ferveur d'initiés. Elle l'emmenait dans les librairies de province où Albert faisait un tabac. On se souvient des files d'adolescents au Salon du Livre qui achetaient plusieurs exemplaires de ses romans. Elle lui décrocha un portrait d'une page dans Le Monde. Il y eut bien un phénomène Cossery. La saison deux (le revenant) fut la plus surprenante. Les jeunes lecteurs étaient séduits par le souffle de révolte diffusé dans ses romans pleins d'humour, de dérision, de dynamite intellectuelle et de personnages irréguliers. "Parmi les écrivains vivants de ma connaissance, aucun ne décrit de manière plus poignante ni plus implacable l'existence des masses humaines les plus englouties", écrivait Henry Miller. C'est le règne des marginaux, des prostituées, des enfants des rues, d'un philosophe devenu mendiant, de la foule des petits métiers du Caire, des "hommes oubliés de Dieu", titre de son premier livre, un recueil de cinq nouvelles paru en 1941. Le plus fameux, Mendiants et orgueilleux, avait été adapté en bande dessinée par le dessinateur Golo et l'ensemble de ses écrits avait fait l'objet d'un doctorat en 1990. Belle rançon pour un auteur qui nous disait écrire une page par jour maximum. Ou bien était-ce une par semaine ? Et aujourd'hui l'exercice d'admiration de Frédéric Andrau (auquel il manque une bibliographie et des percées profondes dans l'oeuvre d'Albert, trop survolée) fait revivre une figure à contre-courant. Une vie de pharaon qui souhaitait sauver de jeunes âmes afin de les détourner d'un parcours tout tracé et des précipices de l'ennui.

Olivier Cariguel

10/05/2013

Le Monde des Livres recommande la lecture de "Monsieur Albert" (par Xavier Houssin)

RENDEZ-VOUS CHEZ LIPP, par Xavier HOUSSIN

LE MONDE DES LIVRES DU 10 MAI 2013

Le Rêve de l'autre a aussi le grand mérite de nous ramener vers les livres d'Albert Cossery. Il y a embarqué, intacte, l'Egypte de son enfance et de sa jeunesse. On y trouve des sans-le-sou, des mendiants, des assassins, des prostituées et de terrifiants dormeurs. Ses Oeuvres complètes en deux tomes sont toujours disponibles chez Joëlle Losfeld. Ceux qui s'intéressent à sa vie liront le long récit biographique que lui a consacré Frédéric Andrau (Monsieur Albert. Cossery, une vie, Éditions de Corlevour, 280 p., 19,90€). Attention, sa liberté peut être contagieuse. "J'ai toujours dit que j'écrivais pour que quelqu'un qui vient de me lire n'aille pas au bureau le lendemain", répétait-il.

COSSEMONDE.jpg