stat

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2014

"Un hommage impressionnant" rendu par l'écrivain Sophie Jabès à Camille Claudel pour D. Dumas théâtre (10.10.14)

camille-300.jpgD. Dumas, théâtres

Coups de coeur et commentaires

10/10/2014

Les trois vies de Camille Claudel

Quand la scène s’éclaire, elle (Christine Yelnik) est assise sur un banc, immobile, elle attend, le manteau boutonné, son chapeau sur la tête, et on reconnaît la vieillarde du cliché pris à Montdevergues en 1929.

C’est elle, Camille Claudel, celle que sa mère et son frère ont « mise au tombeau »* en la faisant interner le 10 mars 1913, huit jours après la mort de son père. Elle attendra trente ans qu’on vienne la délivrer. En vain.

Le directeur de l’hôpital, en août 1942, avait prévenu Paul que Camille s’affaiblissait « depuis les restrictions qui touchent durement les psychopathes ». Elle mourra de malnutrition, à l’hospice de Montdevergues, en octobre 1943. Paul, très occupé par la première du Soulier de satin assurait la gloire de la famille.

Elle fut inhumée dans le carré des indigents, accompagnée du seul personnel de l’hôpital, et comme son corps n’avait pas été réclamé par ses proches, ses restes furent transférés dans la fosse commune. En 2008, Reine-Marie Paris, sa petite-nièce, qui a consacré sa vie à retrouver l’œuvre de Camille et à la réhabiliter aux yeux du monde, a inauguré une stèle en souvenir de celle qui fut une artiste majeure et que la société bourgeoise avait anéantie.

Camille Claudel devint l’héroïne d’Une femme d’Anne Delbée qui porta à la scène sa biographie romancée en 1981, puis le film de Bruno Nuytten en 1988, lui donna le lumineux visage d’Isabelle Adjani, mais le récit s’arrêtait en 1913. Brunot Dumont dans son Camille Claudel, (2013) s'immobilisait à l’année 1915. Avec Camille, Camille, Camille, Sophie Jabès nous présente l’artiste à trois époques de sa vie, elle va plus loin, elle frappe plus fort. 

Elle présente d’abord, cette vieille femme solitaire, visage fermé, yeux noyés de tristesse qui dialogue avec sa mort, l’accueillant comme une délivrance : « Te voilà enfin ! ». Puis intervient la femme trahie (Nathalie Boutefeu), désespérée parce qu’elle ne peut vivre de son art, parce que l’homme aimé, Rodin, l’a abandonnée et qu’elle a dû renoncer à la maternité. Et enfin la jeune fille (Vanessa Fonte), confiante, passionnée, belle, luttant pour s’imposer comme artiste dans un milieu misogyne et dont la conduite risque de faire scandale dans sa famille.

Marie Montegani, qui signe la mise en scène, ajoute une quatrième figure, projetée sur l’écran, en fond de scène, celle d’une messagère adolescente qui prévient Camille de la trahison des siens (vidéo et lumières de Nicolas Simonin, images de Christophe Cordier).

vz-AADC5968-0B87-432E-9A7F-F4C324CE49A6.jpegLes trois Camille se partagent l’espace scénique (scénographie d’Élodie Monet), et leurs monologues alternés joignant les différents moments de cette vie, composent une œuvre poignante d’une grande beauté : « personne pour m’entendre » dit-elle dans sa solitude. L’émotion est profonde devant ces trois figures d’une même femme injustement condamnée.

Sophie Jabès lui rend un hommage impressionnant.

03/10/2014

La Théâtrothèque recommande la pièce "Camille, Camille, Camille" de Sophie Jabès (du 1er octobre au 22 novembre 2014 au Lucernaire)

La théâtrothèque.com 

camille-300.jpgCamille, Camille, Camille de Sophie Jabès
Mise en scène de Marie Montegani
Avec Vanessa Fonte, Nathalie Boutefeu, Clémentine Yelnik, Geneviève Dang (messager)

Camille Claudel marche sur son destin, un destin sculpté sur le bronze de l'amour-passion pour son maitre d'atelier, Auguste Rodin.

Camille Claudel, la sœur de l'écrivain Paul Claudel, naquit en décembre 1864 à Fère-en-Tardenois, un village situé dans le bas de l'Aisne. Elle voue une passion pour la sculpture et c'est ainsi qu'après s'être initiée à la terre glaise, elle profitera d'un déménagement familial dans le quartier de Montparnasse pour fréquenter les artistes du moment. Alfred Boucher auprès duquel elle appris ses premiers gestes et vint la rencontre avec Auguste Rodin, le maitre. Les œuvres de Camille Claudel, inclassables tel L'Age mûr, immortelles comme Persée et la Gorgone, insoupçonnées La Valse. 

Le texte de Sophie Jabès, une résonance biographique de l'existence de Camille Claudel déclinée en trois dimensions humaines, l'élève de Rodin, l'artiste et l'internée. Ce texte évoque par analogie des moments d'errance que Camille Claudel traduisit avec La Jeune fille à la gerbe, L'Implorante et Profonde pensée. Si l'histoire est d'encre, ces œuvres sculptées dans la terre cuite, le bronze et le marbre, correspondent aux matériaux de la construction et de la déconstruction de l'homme.

La pièce, une succession de tableaux, lesquels prennent pour cadre le support vidéo où apparaît un Messager, interprété par Geneviève Dang. Il annonce la mort à chacune de ses interventions. La scène révèle dans un clair-obscur une vieille femme assise sur un banc, laquelle entretient un monologue articulé entre confusion et sénilité. Le récit d'une vie qui suit le fil d'une pensée décousue. Clémentine Yelnik est Camille Claudel âgée, internée en psychiatrie à Montfavet. Elle est celle qui sait tout, celle qui a été et restera dans le commun des mortels, une artiste qui s'est gravée un nom sur le panthéon de l'Art nouveau. Clémentine Yelnik est criante de tendresse dans ce rôle qui demande d'alterner simultanément la déraison et son inverse.

vz-AADC5968-0B87-432E-9A7F-F4C324CE49A6.jpegIntervient Camille Claudel, étrangère avec elle-même, ténébreuse dans le propos, angoissée avec le passé. L'inconscience lui inflige un désordre psychologique, lequel va évoluer vers une obsession aveugle, telle Médée qui criait justice, alors qu'elle était coupable d'avoir tué ses enfants. Camille Claudel n'a jamais fondé de famille et peut-être dénonce-t-elle la mort prématurée de son frère Charles-Henri, un an avant sa naissance. Elle s'emmure dans une solitude qui ravage la femme et atteint l'artiste. Rodin n'est pas étranger à cet état d'être. Nathalie Boutefeu interprète Camille Claudel à un moment crucial de sa vie, une parenthèse ouverte sur l'inconnu et la folie. L'expression des yeux de la comédienne dénonce avec une intensité prononcée cet entre-deux de l'existence de la sculptrice. Vanessa Fonte joue Camille Claudel, jeune, artiste débutante et éprise de Rodin. Elle se réalise à travers ses sculptures, elle revendique son talent, elle aime Rodin, son maitre. Vanessa Fonte est convaincante d'assurance dans ce rôle qui assoit une nouvelle fois sa présence remarquée au théâtre.

Marie Montegani réalise une mise en scène avec trois tempéraments affirmés, lesquels se glissent par extrait dans la vie de Camille Claudel. Cette mise en scène dépoussière les clichés biographiques si souvent repris au théâtre et qui manquent d'originalité. Marie Montegani a posé sa touche personnelle en intégrant la vidéo et les images filmées, en jouant avec les fluidités de la technique, régie son et lumières. Une mise en scène aboutie qui subtilise le passé et ressuscite Camille Claudel une heure durant. Camille, Camille, Camille, l'histoire d'une artiste réécrite pour le théâtre.

Philippe Delhumeau

 

Camille, Camille, Camille de Sophie Jabès
Du 01/10/2014 au 22/11/2014
Du mardi au samedi à 18h30. Relâche les mardis 21 et 28 octobre.

Lucernaire
53 Rue Notre-Dame des Champs
75006 PARIS (Métro Vavin, Notre-Dame des Champs, Montparnasse Bienvenüe)

Réservations : 01 45 44 57 34 

01/10/2014

Froggy's delight voit dans la pièce de Sophie Jabès jouée au Lucernaire "un spectacle charnel et saisissant"

Capture d’écran 2014-10-19 à 22.37.01.pngCAMILLE, CAMILLE, CAMILLE

 

Théâtre Le Lucernaire (Paris) octobre 2014

 

 

camille-300.jpg

Comédie dramatique de Sophie Jabès, mise en scène de Marie Montegani, avec Vanessa Fonte, Nathalie Boutefeu, Clémentine Yelnik et Geneviève Dang.


C'est la Camille internée à la fin de sa vie qui nous apparaît d'abord. Seule sur un banc, elle vocifère sur sa situation. Tour à tour, trois Camille vont se succéder sur les trois espaces scéniques qui divisent la scène, pour retracer les étapes de la vie de Camille Claudel, ses débuts comme élève d'Auguste Rodin puis Camille au seuil de la folie et celle, à l'asile qui revoit sa vie.

Enfin, et c'est le plus intéressant dans la pièce de Sophie Jabès : c'est à une confrontation entre ces trois Camille que nous assisterons.

 

"Camille, Camille, Camille" est le portrait éclaté d'une femme déchirée qui dans sa famille demeure dans l'ombre de son frère, Paul Claudel. De ces fragments de Camille se dégagent la passion pour son art et pour Rodin, même si là encore, elle doit lutter pour s'affirmer face à ce monstre de sculpteur et ne se remettra pas de son abandon.

 

Dans une belle scénographie d'Elodie Monet, les trois femmes se débattent et crient leur amour tandis que sur l'écran, un étrange page vient annoncer les morts autour d'elle.

La mise en scène de Marie Montegani fait cohabiter sur scène ces trois périodes avec habileté et sait tirer le meilleur de ses trois comédiennes. Vanessa Fonte est une jeune Camille pleine de fougue et d'émotion. Volcanique et impatiente. Elle est bouleversante.

 

vz-AADC5968-0B87-432E-9A7F-F4C324CE49A6.jpeg

Nathalie Boutefeu qui fût une inoubliable Emily Dickinson ("Emily Dickinson, la belle d'Amherst") est une Camille sensible, encore pleine de révolte dont la folie naissante transparaît dans le comportement.

Enfin, Clémentine Yelnik est une impressionnante Camille à l'asile de Montdevergues, dont chaque phrase retentit du vécu de la femme et de l'artiste, de ses frustrations, ses blessures et de sa solitude. Elle est phénoménale.

 

"Camille, Camille, Camille" est un spectacle charnel et saisissant sur une artiste d'exception qui prit son existence à bras le corps au service de l'art pour se consumer de passion.

 

Nicolas Arnstam www.froggydelight.com

26/09/2014

Les Trois Coups.com annonce la parution de la pièce de Sophie Jabès sur Camille Claudel (26 septembre 2014)

article sur Les trois coups.com

Capture d’écran 2015-01-20 à 22.23.45.png

Capture d’écran 2015-01-20 à 22.23.53.png

Capture d’écran 2015-01-20 à 22.24.05.png