stat

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2012

Sôshô YAMADA, premier auteur publié par les éditions Anima Viva Multilingüe (parution le 14 novembre 2012)

yamada 2.jpeg

Soirée exceptionnelle (voir ma note précédente) avec Sôshô YAMADA vendredi 16 novembre 2012 au Musée Guimet à 17h30 pour la presse, à 18h30 pour le grand public avec les éditions Anima Viva Multilingüe. Informations et inscriptions à guilaine_depis@yahoo.com 06 84 36 31 85.

Le Révérend YAMADA Sôshô est l’actuel Supérieur du temple boudhique Shinju-an, appartenant au grand complexe du Daitokuji, à Kyoto, Japon (1315), temple des fondateurs du Bouddhisme ZEN Rinzai. Il est le successeur directe du moine et poète IKKYÛ (1394-1481), le fondateur du Shinju-an et lui-même Révérend Supérieur du Daitokuji.

Né le 10 septembre 1954 dans la préfecture de Fukui, YAMADA Sôshô entre en religion en mars 1966 sous la direction de Yamada Sôbin, le précédent révérend supérieur du Shinju-an. En 1976, diplômé de l’université Hanazono, il intègre le dôjô spécialisé du Daitoku-ji où il étudiera durant dix années. De retour au Shinju-an, il en est nommé en septembre 1998 le 27e Révérend Supérieur et y dirige les services religieux de l’école Daitoku-ji d’enseignement rinzai.

Yamada 3.jpegEn novembre 2009, grâce au concours de la Fondation Franco-Japonaise Sasakawa, pour la première fois en dehors du Japon: sept moines présentent à Paris (Musée Guimet, Panthéon bouddhique, Musée du Quai Branly, Maison du Japon, Cité Universitaire, Eglise Saint-Eustache) quelques-unes des spécificités de la tradition rinzai du zen. Dans le style particulier et unique du Daitoku-ji, les sept moines déclament des sûtra en shômyô.
 A la différence du shômyô mélismatique développé par les sectes Tendai et Shingon, mieux connu en Occident, la déclamation de sûtra du Daitoku-ji est psalmodique et chantée sur une note tenue; la cadence des strophes est marquée par une formule mélodique interposée.

L'événement d’alors est d'importance : fondé en 1315 à Kyôto, ce monastère s'est très tôt fermé au monde pour se consacrer à la méditation. Il n'en a pas moins été un foyer de création artistique particulièrement fécond : on lui doit l'éclosion d'une calligraphie et d'une poésie originales, illustrées notamment par Ikkyû, dont la personnalité fantasque masque mal la singulière profondeur. Il a également développé avec succès la peinture, l'art des jardins et la cérémonie du thé à laquelle Rikyû a imposé un style nouveau, fait de simplicité et de mesure.

Yamada 4.jpegLiens Internet :

Daitoku-ji   -  catalan  - français  -  anglais

Fondation Franco-Japonaise Sasakawa

*大徳寺方丈庭園特別史跡名勝庭園
*Daitoku-ji : hôjôteien (jardin des appartements du révérend supérieur), jardin historique classé. Photo prise par Sôshô YAMADA .

CD « Japon Zen Hôyô », Liturgie du bouddhisme zen aux Editions Ocora Radio France

Consulter:http://www.ffjs.org/index.php?section=projets&detail=...

Sôshô YAMADA est aussi Auteur du livre IKKYÛ, L’impertience au service de la foi.

Editions Anima Viva Multilingüe, Andorre Novembre 2012, ISBN: 978-99920-1-966-5

collection ‘Golden Nihon Collection’ dirigée par Jacques Keriguy.

- vient de paraître en version Livre papier et E-book :  version bilingue français/japonais ; 

- en préparation : versions catalane, espagnole et anglaise, ainsi que les versions Audio-book dans lequel le Révérend YAMADA récite lui-même les poèmes d’Ikkyû en japonais. 

Les commentaires sont fermés.