stat

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2014

À l'Espace Rencontres, Jean-Marie de Koninck invité au 15ème Salon Culture et Jeux Mathématiques à 15h ("Pluton va en appel") le jeudi 22 mai et à 16h30 samedi 24 mai ("Pluton a disparu"). Puis à 14h30 le dimanche 25 mai ("Ces nombres qui nous fascinent")

jmdk-01 - copie.jpgJean-Marie de Koninck est notamment l'auteur de deux oeuvres que vous retrouverez au 15ème Salon Culture et Jeux Mathématiques« Cette science qui ne cesse de nous étonner »  (dimanche) et la pièce de théâtre « Pluton va en appel ! » (jeudi et samedi).  Ne le ratez pas !

Docteur en mathématiques, professeur à l’Université Laval (et président-fondateur d’Opération Nez rouge), Jean-Marie De Koninck est un passionné des maths qui a fait de la vulgarisation son cheval de bataille. Depuis six ans, il sillonne les écoles secondaires du Québec, de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick et de la Colombie-Britannique avec Show Math, une conférence-spectacle multimédia et humoristique qui a inspiré la publication des tomes 1 et 2 du livre de vulgarisation En chair et en maths chez Septembre éditeur. http://www.jeanmariedekoninck.mat.ulaval.ca

ACH003009951.1321915687.580x580.jpg"Cette science qui ne cesse de nous étonner" 

La vitesse et la capacité de stockage des ordinateurs vont-elles continuer à augmenter? Quelle est la meilleure façon d’être gagnant aux jeux de hasard ? La planète Pluton ira-t-elle en appel ? Élire nos politiciens par sondage, pourquoi pas ? Les records du monde vont-ils plafonner ? Pourquoi les flamants roses se tiennent-ils sur une patte ? Les abeilles ont-elles vraiment résolu un des plus grands problèmes des mathématiques ?

Ces sujets sont d’excellents prétextes pour rendre la science accessible et sympathique à un large public. C’est donc dans cette perspective que le mathématicien Jean-Marie De Koninck a rédigé le présent ouvrage. On y retrouve plus d’une trentaine de chroniques susceptibles d’intéresser les jeunes et les moins jeunes aux développements récents de la science et de la technologie. Son point de départ a été le contenu de ses chroniques scientifiques tenues à la radio de Radio-Canada dans le cadre de l’émission Ça me dit de prendre le temps, animée par Catherine Lachaussée. Il a aussi repris et actualisé le contenu de quelques-unes de ses chroniques publiées entre 2005 et 2008 dans la revue Découvrir.

La préoccupation première de Jean-Marie De Koninck dans la sélection des chroniques a été celle de couvrir une grande variété de domaines et de tenter de les rendre captivantes. L’objectif étant de montrer que la science est accessible, que tout citoyen peut s’y retrouver et qu’il y en a pour tous les goûts. À cet effet, le lecteur y trouvera une section Quoi lire, quoi regarder, quoi écouter, quoi surfer, quoi visiter ?, histoire de montrer que les occasions de rapprochement avec l’univers des sciences sont nombreuses.

Pluton va en appel ! 

Résumé de la pièce: 

Capture d’écran 2014-05-02 à 17.49.51.pngDepuis sa découverte en 1930 jusqu'à 2006, Pluton faisait partie du cercle privilégié des planètes de notre système solaire. Elle était reconnue comme la 9e planète, orbitant autour du Soleil avec les quatre planètes rocheuses -Mercure, Vénus, la Terre et Mars- et les quatre planètes gazeuses -Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Pluton était alors la planète la plus éloignée du Soleil, avec son orbite très elliptique et sa distance par rapport au Soleil variant entre quatre et sept milliards de kilomètres. Or, en août 2006, l'Union d'astronomie internationale, ayant constaté qu'il y avait dans notre système solaire des corps célestes de même taille que Pluton - voire plus gros et plus massif, tel que l'astéroïde Eris - décida, suite à un vote serré, d'enlever à Pluton son titre de «planète» et de lui attribuer à la place le statut de «planète naine». Maigre consolation pour Pluton qui joignait ainsi les rangs d'astres moins célèbres comme Cérès (un astéroïde orbitant entre Mars et Jupiter) et 70 000 autres corps célestes.

Pluton est triste, très triste. Il a du mal à accepter la décision impitoyable de l'Union d'astronomie internationale. Il veut donc faire appel de cette décision. Mais pourra-t-il compter sur l'appui des quatre planètes rocheuses? Réussira-t-il à contrer les arguments des quatre planètes gazeuses qui, sans aucun doute, ne voudront pas qu'une petite planète glacée ne vienne redonner la majorité aux planètes rocheuses?

Une pièce de théâtre dans laquelle apprendre et rire vont de pair!!!

 

MRP_0083 - copie.jpg

Les commentaires sont fermés.