stat

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2014

Le Dauphiné libéré consacre une interview à Sophie Jabès pour le 150ème anniversaire de Camille Claudel (merci à Mireille Martin pour le 8 décembre 2014)

logo-Le-Dauphine-Libere.jpg

Capture d’écran 2015-01-20 à 22.40.02.png

HOMMAGE

Née le 8 décembre 1864, l'artiste mourut à Montfavet après 30 ans d'enfermement.

Cent cinquante ans après sa naissance, la mémoire de Camille Claudel bien vivante

En 30 ans d'internement, Camille Claudel n'a reçu que sept visites de son frère Paul et une visite d'une amie d'enfance.

INTERVIEW DE SOPHIE JABÈS PAR MIREILLE MARTIN

"Camille, je l'entendais…"

La pièce "Camille, Camille, Camille" vient de remporter un beau succès à Paris. Un texte poignant qui fait vivre la femme et l'artiste à trois âges clés. Paru chez Lansman Editeur, il est signé de la romancière Sophie Jabès.

Pourquoi écrire sur Camille Claudel ?

Je n'ai pas vraiment choisi. En visitant une exposition, j'ai découvert des photographies des sculptures de Rodin, des mains d'amants, qui ont fait écho à un roman que je venais de finir. Et mon éditeur m'a dit "Les mains de Rodin, c'est surtout Camille qui les a sculptées". Alors, je me suis intéressée à l'artiste.

Pourquoi le théâtre ?

J'ai hésité au départ et la forme s'est imposée. Camlille, je l'entendais plus qu'autre chose. Et je me suis beaucoup rapprochée du théâtre ces dernières années. Ca devient presque réel.

Vous avez voulu donner la parole à Camille ?

Oui, ce qui l'a perturbée, c'est qu'elle n'a pas pu parler. Elle a quand même été enfermée 30 ans ! Le silence l'a emmurée. Elle est devenue un mythe alors que c'est une personne réelle. Mon sentiment d'écrivain, c'est que ça ne pouvait pas finir comme ça.

Aujourd'hui, peut-on parler d'une réhabilitation ?

Ce qui me frappe, c'est que 150 ans après sa naissance, beaucoup de personnes s'emparent de Camille. Il y a une appropriation, une passion qui se déchaîne mais en même temps, on a eu du mal à monter la pièce.

Sera t-elle jouée à Avignon ?

La compagnie rêve de ça !

Capture d’écran 2015-01-20 à 22.38.29.png

 

Les commentaires sont fermés.