stat

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2014

France Bleu a choisi "La femme de ma deuxième vie" de Jérôme-Arnaud Wagner comme coup de coeur - Merci à Audrey Szebesta pour sa chronique du 22 mai 2014

audrey.pngLe choixdelabande sur France Bleu : la belle Audrey Szebesta aime La femme de ma deuxième vie, le nouveau roman de Jérôme-Arnaud Wagner 

Réécoutez l'émission ici à partir de la 6ème minute.

Elle fut diffusée sur France Bleu 107.1 à 21h20 le jeudi 22 mai 2014 dans le cadre de l'émission d'Olivier Daudé.

france bleu.png

couvwagner.jpg

16/05/2014

La librairie Fontaine-Haussmann pleine à craquer pour arroser la parution de "La femme de ma deuxième vie" de Jérôme-Arnaud Wagner (15 mai 2014)

fontaine.jpgLe jour-même de sa parution, le 15 mai 2014, tout le 8ème arrondissement était en fête !

Et pas seulement pour la campagne JCDecaux qui affiche la couverture du livre et le resplendissant visage de Jérôme-Arnaud Wagner partout...

Pour La femme de ma deuxième vie, le nouveau roman de Jérôme-Arnaud Wagner, la première séance de dédicace avec l'écrivain de l'Amour s'est prolongée très tard dans la nuit. Il n'en finissait pas de dédicacer, accordant gentillesse, attention et photos à tous ses lecteurs, parfois venus de très loin pour le rencontrer...

La Librairie Fontaine-Haussmann, 50 rue de Laborde 75008 Paris qui accueillait l'événement était pleine à craquer ! La soirée s'est poursuivie au champagne chez cet auteur généreux et lumineux.

Attachée de presse : Guilaine Depis

06 84 36 31 85 / guilaine_depis@yahoo.com 

wagner fontaine 1.jpg

10348220_10152174463273995_7617298500340057593_n.jpg

15/05/2014

JCDecaux a choisi de faire une campagne sur "La femme de ma deuxième vie" de Jérôme-Arnaud Wagner, sorti en librairie le 15 mai 2014, regardez autour de vous ces beaux panneaux dans Paris qui disent l'importance de l'auteur !

La campagne JCDecaux a commencé pour la sortie du nouveau roman, La femme de ma deuxième vie,  de l'écrivain de l'amour, Jérôme-Arnaud WAGNER ce jeudi 15 mai 2014

wagnerdecaux3.jpg

wagnerdecaux2.jpg

wagnerdecaux1.jpg

 

Argoul évoque un roman "beau, entraînant, captivant" à la fin de sa lecture de "La femme de ma deuxième vie" de Jérôme-Arnaud Wagner (15 mai 2014)

4181987231.jpgJérôme-Arnaud Wagner, La femme de ma deuxième vie

Publié le 15 mai 2014 par argoul 


L’amour est plus fort que la mort ! Ce puissant mythe est revivifié en français contemporain par un cadre des médias admirateur de Love Story. C’est beau, entraînant, captivant – le lecteur ou la lectrice ont envie d’y croire. En près de 400 pages, ils le peuvent, s’isolant du monde comme dans une bulle irisée où ni le temps ni l’espace ne comptent plus. Un bel exercice romanesque qui poursuit un récit tristement véridique : la disparition de son épouse, écrite par l’auteur dans un précédent livre : N’oublie pas que je t’aime (2010).

Capture d’écran 2014-05-15 à 14.34.09.pngSans cesse, Jérôme-Arnaud ressasse la disparition de l’amante fusionnelle, Emmanuelle, disparue à 35 ans dans un hôpital pour cause de mauvaise administration. Elle lui a laissé deux enfants, garçons jumeaux de quatre ans qu’il va s’efforcer d’élever seul. Reviens mon ange(2012) s’égarait déjà vers le roman pour chanter le même amour, avec une tentation policière. Cette fois, l’auteur réunit les deux avec un brio sans conteste. Imaginez un couple idéal, beau, parisien, aimant, deux enfants ; un soir de Noël, l’épouse est séparée de son époux parce que la porte du métro bondé se referme avant qu’elle ait pu monter. Nul ne la reverra plus – ou plutôt jamais en chair et en os, mais peut-être en rêve, ou bien… A-t-elle disparue volontairement, puisque son corps n’a pas été retrouvé ? Sinon, qui peut être son assassin ?

Wagner écrit dans le troisième volume de sa (peut-être) tétralogie, sa conviction que rien n’est jamais perdu, que rien n’est perdu à jamais, que le mot « jamais » ne saurait exister. Un jour, quelque part, sur cette terre ou au-delà, les amants se rejoignent car l’amour transcende la mort… Mais ici-bas, en attendant, il faut bien vivre. Et c’est ce contraste qui donne du ressort à l’histoire. Raphaël a perdu Laura ; il ne l’oubliera jamais mais rencontre Aurélie ; il l’aime, ils se marient, elle est une mère pour les jumeaux orphelins, confortés jusqu’ici par leur parrain Marc (beau portrait de parrain, si utile à la construction des enfants). Aurélie n’est pas la femme de sa vie, mais la femme de sa deuxième vie : où vous apprendrez le distinguo subtil entre « âme jumelle » et « âme primordiale » – la première fusionne avec vous, la seconde vous complète. Mais c’est toujours l’Amour, peu importe quel vecteur il prend.

Ce romancier-philosophe de l’amour parsème son livre de citations des acteurs et chanteurs aussi profondes que la mode… Sa leçon du vivre est un kit pratique de survie pour ménagères de moins de 50 ans : il faut avant tout penser au présent, sans se perdre dans le passé ni fantasmer trop sur l’avenir. Mais cette philosophie de magazine fonctionne : on a envie d’y croire. Le présent, ce sont les enfants qui ont besoin d’un père, la seconde épousée qui a besoin d’être aimée, France-Télévision qui a besoin d’un professionnel, la police qui a besoin de poursuivre l’enquête.

Capture d’écran 2014-05-15 à 14.35.29.pngLa vision de l’auteur, écrivain dès l’âge de 11 ans mais baignant dans la com, reste désastreusement américaine. Ce français qui écrit est acculturé, brossant sans nuance un portrait « d’inspecteur » de police issu des romans noirs newyorkais des années 50 avec imper, chapeau et whisky, une image surréaliste de policiers sortant « leurs colts », un autre portrait de psychiatre suisse allemand de caricature qui établit un diagnostic au mépris de toute procédure réaliste, un idéal typiquement américain monomaniaque de « transparence » dans le couple, une vision hollywoodienne de la mort comme couloir des âmes vers le paradis où « Dieu » les accueille, un sentimentalisme d’amour fusionnel rose bonbon à la Love Story

Le lecteur littéraire et français voit qu’on se moque un peu de lui, au moins dans l’absence de cette obsession – pourtant elle aussi bien américaine – du détail vrai : il y a bien longtemps en France que l’on ne dit plus « inspecteur » mais lieutenant ou capitaine, et les policiers parisiens n’ont jamais été armés de « colts » mais d’un bon vieux Sig-Sauer. Il aurait suffit de solliciter les deux ados de l’auteur, probablement adeptes de Wikipedia, pour l’apprendre en deux minutes… Légèreté française ? Relecture non travaillée ? Inculture de masse ? C’est un peu dommage, d’autant que p.219 Aurélie évoque devant les enfants de 10 ans l’accusation de meurtre portée contre leur père sans que ceux-ci n’y fassent attention ni s’en émeuvent le moins du monde ! Est-ce bien réaliste ?

Mais au total le positif l’emporte. Il y a du romanesque, de l’idéal et de l’action. Le roman est dynamique et généreux, il laisse confiant en l’avenir et dans l’amour entre les êtres – malgré tout. « L’amour, c’est Dieu lui-même (…) Et il a tous les visages» p.233. Le mot « Dieu » peut désigner l’énergie qui meut l’univers, comme le croyaient les stoïciens, ou Brahman, l’esprit de l’univers, comme le croient les yogis – chacun met ce qu’il croit dans ce concept-valise accessible sans avoir fait d’études.

Capture d’écran 2014-05-15 à 14.35.51.pngAmour en couple, reconstruction après décès du partenaire, fidélité dans le mariage, attention portée aux enfants – ces valeurs de tradition sont ici revivifiées et actualisée d’un souffle salvateur. Ni le superficiel de la baise, ni le virtuel des « amis » ne remplacent les véritables relations humaines. Ce n’est rien de le dire, c’est mieux avec talent. La raison n’est rien sans les passions, qui elles-mêmes ne sauraient vivre sans les pulsions. L’amour est cette synthèse qu’opère « l’intelligence du cœur ». Et ce beau roman d’amour, malgré tout, emporte sur ses ailes.

Jérôme-Arnaud Wagner, La femme de ma deuxième vie, 2014, éditions Les nouveaux auteurs, 388 pages, €18.00

   Le site de l’auteur

   Wikibiode l’auteur

Attachée de presse Guilaine Depis, son site, son courriel guilaine_depis@yahoo.com

Ségolène BONURA, première lectrice enthousiaste de "La femme de ma deuxième vie" de Jérôme-Arnaud Wagner (13 mai 2014)

Pampoune, première lectrice de Jérôme-Arnaud Wagner 

blog : http://pampoune-lectures.over-blog.com/article-la-femme-d...

 

4181987231.jpgRaphaël (qui est l’auteur à la première personne), journaliste et écrivain issu d’une famille bourgeoise, idéaliste qui jusque-là désespérait du grand amour, tombe soudain fou amoureux de Laura, une comédienne qu’il voit la première fois sur les planches au théâtre, femme d’une grande beauté d’origine indienne, qui est une enfant de la DAS. Après ce coup de foudre fulgurant qui s’avère réciproque, ils se marient malgré les critiques familiales, et ont des jumeaux Jules et Matisse. Alors que ces derniers viennent d’avoir quatre ans et qu’ils s’apprêtent à fêter le réveillon de Noël avec leurs parents et leur parrain Marc, l’éditeur et meilleur ami de Raphaël, le pire se produit. Laura, que Raphaël a quitté sur un quai de métro, disparaît soudainement. L’Inspecteur Pouriakov chargé de l’enquête appellera Raphaël dans la nuit pour lui annoncer que toutes les affaires de sa femme ont été retrouvées flottant sur la Seine, sous le Pont Neuf, d’où elle a été probablement précipitée par un déséquibré. Même si le corps ne sera jamais retrouvé, la Police finit par classe l’affaire et par conclure à la mort de la jeune femme.

 

Le premier soir où Raphaël voit Laura sur la scène d'un théâtre, c'est le coup de foudre. Très vite, de leur union, naît des jumeaux et la vie semble leur est clémante. Et puis, un soir de Noël, c'est le drame : Laura disparait sans laisser de trace, on ne retrouvera pas son assassin. Plusieurs années plus tard, Raphaël rencontrera Aurélie qui tentera de lui apporter du bonheur malgré les fantômes du passé.

 

Capture d’écran 2014-05-15 à 14.24.12.pngJe tiens tout d'abord à remercier les Nouveaux Auteurs et Guilaine Depisgrâce à qui j'ai pu découvrir ce roman en avant-première.

 

Le début du roman est très rapide (peut-être trop rapide) : on rencontre Raphaël, Laura, leurs amis, on les voit tomber amoureux, se marier, avoir des enfants... Un rythme plutôt accéléré auquel on n'est pas très habitué et qui peut surprendre. 

Et puis, lors d'un réveillon de Noël, alors que Laura et Raphaël rentrent chez eux après les dernières courses, Laura disparait. Son corps ne sera pas retrouvé.

Raphaël est anéanti mais garder un semblant de vie et pour ses enfants, il finira par épouser une seconde femme : Aurélie. Une femme aimante avec lui et avec ses enfants, une femme idéale. Mais les fantômes du passé hantent Raphaël et un simple voyage pourra bien marqué un nouveau tournant dans sa vie...

 

Voici un roman que l'on pourrait résumer en disant qu'il s'agit d'un brillant mélange des genres. Entre roman sentimental, policier et fantastique, l'auteur nous entraine dans un univers étrange où se côtoient les émotions et le suspens autour de la disparition de Laura, une épouse et une mère partie trop tôt.

 

Je me suis très vite attachée aux personnages de ce roman et plus particulièrement à Aurélie qui est une jeune femme qui m'a beaucoup touchée. Rêvant d'une belle et longue histoire, elle épouse Raphaël, son lourd passé et ses enfants avec l'ambition de faire pour le mieux dans leurs vies.

Raphaël, de même est un homme que j'ai aimé suivre, tour à tour en le comprenant ou en doutant de lui.

Seuls les enfants ne m'ont pas vraiment touchée. Dommage car ces jumeaux perdant leur mère, j'aurais aimé pouvoir les prendre dans mes bras alors que, paradoxalement, ils n'ont peut-être pas eu une place assez primordiale dans le roman pour que je pleure avec eux.

 

Capture d’écran 2014-05-15 à 14.24.30.pngLe roman n'est pas sans rappeler les premiers romans de Lévy et Musso et de par ses thèmes et de par son caractère addictif lors de la lecture. Parce que oui, dès le milieu du roman on commence à comprendre la fin et pourtant, on continue notre lecture sans jamais pouvoir nous arrêter. La fin est plus ou moins telle qu'on l'imaginait et pourtant on ressort ravi de ce roman qui est, pour le dire simplement, un hymne à l'amour.

 

Du coup, en bref, pas de grosse surprise dans ce roman mais un très agréable moment de lecture tout de même qui nous permet d'entrer dans la vie d'un homme brisé par la perte de son épouse et dans l'énigme de cet événement arrivé à la pire des dates. 

 

Ségolène BONURA

09/05/2014

Invitation à la dédicace de Jérôme-Arnaud Wagner le 15 mai 2014, jour-même de la sortie dans toutes les bonnes librairies de "La femme de ma deuxième vie". Venez nombreux !

jwww.jpgINVITATION

     Jérôme-Arnaud Wagner

           est heureux de vous inviter

  à la dédicace de son nouveau roman 

La femme de ma deuxième vie

 

            qui aura lieu

            Jeudi 15 Mai 2014

              de 17h30 à 20h30

 

  Librairie Fontaine-Haussmann

      50, rue de Laborde

      75008 Paris

 

couvjw.jpgParution : 15 mai 2014

ISBN : 978-2-8195-0377-4

396 pages- 18,95 €

 

Contact Librairie

Philippe Aubier et Pauline Savatier

Tél. : +33 (0)1 45 22 21 73

RSVP avant le 12/05/14 : jeromewagner1@aol.com

 

Attachée de presse : Guilaine Depis

http://guilainedepis.blogspirit.com/jerome-arnaud-wagner/  06 84 36 31 85

guilaine_depis@yahoo.com 

 

http://www.jeromearnaudwagner.com