stat

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2012

Rencontre exceptionnelle avec Sôshô YAMADA au Musée Guimet vendredi 16 novembre 2012 à 18h30

yamada.jpegUne nouvelle maison d'édition, Anima Viva Multilingüe, vient de naître. 

Cette maison d’édition, basée en Andorre, est fondée et dirigée par un auteur Albin Michel : Ilke Angela Maréchal.

Le projet est novateur et génial : publier uniquement des livres écrits simultanément en 2 à 4 langues (japonais, français pour le premier) et systématiquement sous 3 formes : papier, audio, numérique.

Le fond est épatant, des arts aux sciences, avec onze collections prévues, couvrant toute la planète et toutes les disciplines, de la poésie aux sciences.

Le premier livre que va publier cette maison andorrane le 14 novembre 2012, dans une collection dirigée par Jacques Keriguy, "The Golden Nihon Collection", est sur le moine Ikkyu.

Le livre, IKKYU  L’impertinence au service de la foi, comme la conférence au Musée Guimet donnée par son auteur de passage à Paris pourrait vous intéresser.

Votre présence me ferait très plaisir. 

C'est vendredi 16 novembre à 18h30.

(et dès 17h30 pour la presse) 

19 avenue d'Iéna dans le Grand Salon du Panthéon bouddhique.

Il s'agit donc d'une conférence avec Sôshô Yamada, Révérend supérieur du Shinju-an (Daïtoku-ji) avec François Lachaud, directeur d’étude à l’EFEO. 

 

Biographie de Sôshô YAMADA

 

10 septembre 1954 : naissance dans la préfecture de Fukui

 

Mars 1966 : entrée en religion sous la direction du pré- cédent révérend supérieur du Shinju-an, Yamada Sôbin

 

Mars 1976 : diplômé de l’université Hanazono

 

Avril 1976 : entrée au dôjô spécialisé du Daitoku-ji

 

1986 : retour au Shinju-an

 

Septembre 1998 : nommé 27e révérend supérieur du Shinju-an.

 

Le moine Ikkyû Sôjun (1394-1481) fut l’un des supérieurs les plus éminents du Daïtoku-ji de Kyôto. Il joua un rôle essentiel dans l’élaboration des principes présidant à la cérémonie du thé.

L’information de cet événement est à diffuser au maximum.

Tout le monde est le bienvenu…

…et davantage encore si le public aime le Japon et/ou le Bouddhisme…

Réservation et information 06 84 36 31 85 

guilaine_depis@yahoo.com

10/11/2012

Sôshô YAMADA, premier auteur publié par les éditions Anima Viva Multilingüe (parution le 14 novembre 2012)

yamada 2.jpeg

Soirée exceptionnelle (voir ma note précédente) avec Sôshô YAMADA vendredi 16 novembre 2012 au Musée Guimet à 17h30 pour la presse, à 18h30 pour le grand public avec les éditions Anima Viva Multilingüe. Informations et inscriptions à guilaine_depis@yahoo.com 06 84 36 31 85.

Le Révérend YAMADA Sôshô est l’actuel Supérieur du temple boudhique Shinju-an, appartenant au grand complexe du Daitokuji, à Kyoto, Japon (1315), temple des fondateurs du Bouddhisme ZEN Rinzai. Il est le successeur directe du moine et poète IKKYÛ (1394-1481), le fondateur du Shinju-an et lui-même Révérend Supérieur du Daitokuji.

Né le 10 septembre 1954 dans la préfecture de Fukui, YAMADA Sôshô entre en religion en mars 1966 sous la direction de Yamada Sôbin, le précédent révérend supérieur du Shinju-an. En 1976, diplômé de l’université Hanazono, il intègre le dôjô spécialisé du Daitoku-ji où il étudiera durant dix années. De retour au Shinju-an, il en est nommé en septembre 1998 le 27e Révérend Supérieur et y dirige les services religieux de l’école Daitoku-ji d’enseignement rinzai.

Yamada 3.jpegEn novembre 2009, grâce au concours de la Fondation Franco-Japonaise Sasakawa, pour la première fois en dehors du Japon: sept moines présentent à Paris (Musée Guimet, Panthéon bouddhique, Musée du Quai Branly, Maison du Japon, Cité Universitaire, Eglise Saint-Eustache) quelques-unes des spécificités de la tradition rinzai du zen. Dans le style particulier et unique du Daitoku-ji, les sept moines déclament des sûtra en shômyô.
 A la différence du shômyô mélismatique développé par les sectes Tendai et Shingon, mieux connu en Occident, la déclamation de sûtra du Daitoku-ji est psalmodique et chantée sur une note tenue; la cadence des strophes est marquée par une formule mélodique interposée.

L'événement d’alors est d'importance : fondé en 1315 à Kyôto, ce monastère s'est très tôt fermé au monde pour se consacrer à la méditation. Il n'en a pas moins été un foyer de création artistique particulièrement fécond : on lui doit l'éclosion d'une calligraphie et d'une poésie originales, illustrées notamment par Ikkyû, dont la personnalité fantasque masque mal la singulière profondeur. Il a également développé avec succès la peinture, l'art des jardins et la cérémonie du thé à laquelle Rikyû a imposé un style nouveau, fait de simplicité et de mesure.

Yamada 4.jpegLiens Internet :

Daitoku-ji   -  catalan  - français  -  anglais

Fondation Franco-Japonaise Sasakawa

*大徳寺方丈庭園特別史跡名勝庭園
*Daitoku-ji : hôjôteien (jardin des appartements du révérend supérieur), jardin historique classé. Photo prise par Sôshô YAMADA .

CD « Japon Zen Hôyô », Liturgie du bouddhisme zen aux Editions Ocora Radio France

Consulter:http://www.ffjs.org/index.php?section=projets&detail=...

Sôshô YAMADA est aussi Auteur du livre IKKYÛ, L’impertience au service de la foi.

Editions Anima Viva Multilingüe, Andorre Novembre 2012, ISBN: 978-99920-1-966-5

collection ‘Golden Nihon Collection’ dirigée par Jacques Keriguy.

- vient de paraître en version Livre papier et E-book :  version bilingue français/japonais ; 

- en préparation : versions catalane, espagnole et anglaise, ainsi que les versions Audio-book dans lequel le Révérend YAMADA récite lui-même les poèmes d’Ikkyû en japonais. 

09/11/2012

Ikkyû L'impertinence au service de la foi (éditions Anima Viva Multilingüe)

Parution le 14 novembre 2012 aux éditions Anima Viva Multilingüe

Couv Ikkyu jpeg.jpegIkkyû

L’impertinence au service de la foi

Auteur : YAMADA Sôshô

Préface de Jacques Keriguy 

Le révérend Yamada Sôshô, actuel supérieur du Shinju-an, dirige les services religieux de l’école Daitoku-ji d’enseignement rinzai. Dans cet ouvrage présenté en langue japonaise et française, il fait revivre l’étrange et complexe personnalité d’Ikkyû dont il est le successeur direct.

Observateur sarcastique et frondeur de la société, Ikkyû (1394-1481) se fit remarquer par son impertinence et l’insolente indépendance de son esprit autant que par l’avidité avec laquelle il consommait les plaisirs de la vie ; on prête au poète, auteur de Kyôun-shû, une faculté créatrice pleine d’audace ; le calligraphe suscite une admiration sans réserve ; quant au moine, il fit œuvre de bâtisseur en reconstruisant le Daitoku-ji, grand sanctuaire de Kyôto, au sein duquel il fonda le Shinju-an, et s’employa toute sa vie à préserver l’esprit originel du zen.

Nul mieux que son successeur ne pouvait faire apparaître le cheminement spirituel de ce personnage extraordinaire ; nul ne pouvait présenter une telle collection de documents inédits ni choisir avec une égale pertinence les poèmes, les koâns et les calligraphies représentatifs de son œuvre.

Cet ouvrage s’adresse autant aux spécialistes de la langue et de la littérature japonaise qu’à toute personne désireuse de découvrir la singularité de l’école zen rinzai qui a marqué durablement de son empreinte la société nipponne. Il apportera à qui s’imprègne de la spiritualité extrême orientale l’enseignement de l’un des plus influents maîtres du Japon.

La collection « Golden Nihon Collection »  se propose de jeter un regard sur l’ancrage spirituel, social, littéraire, artistique et culturel du Japon ; chaque volume la composant est consacré à un personnage qui, par ses actions, éclatantes ou furtives, par ses mots, exaltés ou secrets, par l’élan qu’il a impulsé, frénétique ou fragile, a introduit une rupture dans les pratiques intellectuelles ou sensibles de ses contemporains et a contribué à modeler l’imaginaire nippon.

Son directeur, Jacques Keriguy, conservateur général de bibliothèque, a été membre du Bureau français de la Maison franco-japonaise de Tokyo. Il préside l’association franco-japonaise Yamato-kai et l’Académie du Var. Il est l’auteur de La Jonque cathédrale (2000) et de L’Agonie (2003) aux éditions du Seuil.

Les ouvrages édités par AnimaViva multilingüe sont dans tous les cas disponibles sur un support papier et un support numérique (e-book). Ils sont complétés par une version sonore, résultant de la lecture de l’œuvre ou de son adaptation, permettant au lecteur de découvrir les sonorités de la langue de l’auteur.

Collection « Golden Nihon Collection » 140 pages ;  (21x16cm) ;   25€.

ISBN 978-99920-1-966-5 ; 
 ISSN 2304-8455 ; Dépôt légal : AND.512-2012

AnimaViva multilingüe Principat d’Andorre 

attachée de presse : Guilaine Depis

+33 6 84 36 31 85

guilaine_depis@yahoo.com

08/11/2012

La couverture dépliée de "Ikkyû L'impertinence de la foi"

couvtotale.jpeg

07/11/2012

La quatrième de couverture de Ikkyû (bilingue français/japonais)

La quatrième de couverture :

Par delà les siècles, le génie singulier d’Ikkyû (1394-1481) intrigue; il irrite, parfois ; toujours il éblouit, comme en témoigne sa descendance littéraire qui prospère de nos jours, notamment dans le manga.

Qui était Ikkyû ? Comment expliquer une personnalité aussi complexe ? Observateur sarcastique et frondeur de la société, l’homme se fit remarquer par son impertinence et l’insolente indépendance de son esprit autant que par l’avidité avec laquelle il consommait les plaisirs de la vie ; on prête au poète, auteur de Kyôun-shû, une faculté créatrice pleine d’audace ; le calligraphe suscite une admiration sans réserve ; quant au moine, il fit œuvre de bâtisseur en reconstruisant le Daitoku-ji, grand sanctuaire de Kyôto, au sein duquel il fonda le Shinju-an, et s’employa toute sa vie à préserver l’esprit originel du zen.

Nul mieux que son successeur ne pouvait faire revivre ce personnage extraordinaire. Le révérend YAMADA Sôshô, actuel supérieur du Shinju-an, dirige les services religieux de l’école Daitoku-ji d’enseignement rinzaï. Dans cet ouvrage illustré de nombreux documents inédits, il offre au lecteur, outre une biographie d’Ikkyû, une anthologie commentée des poèmes et des principaux koâns que le maître zen a laissés.

4ème couv.jpeg

jap.jpg

06/11/2012

Jacques Keriguy, directeur de "The Golden Nihon Collection" chez Anima Viva Multilingüe

Jacques Keriguy.jpgJacques Keriguy, conservateur général de bibliothèque, a été membre du Bureau français de la Maison franco-japonaise de Tokyo. Il préside l’association franco-japonaise Yamato-kai et est membre de l’Académie du Var, France.

Né en 1944, sur la côte nord de la Bretagne, il découvre la Méditerranée lors de son affectation à l’Ecole d’Archéologie d’Athènes et vit en Grèce de 1967 à 1974. De retour en France, il occupe des fonctions à Paris, au ministère de l’Enseignement supérieur et au CNRS, puis dirige l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques à Villeurbanne de 1985 à 1995. Il fait de nombreuses missions en Afrique, en Amérique et en Asie à la demande de l’UNESCO et du ministère des Affaires étrangères.

Une affectation à la Maison franco-japonaise de Tokyo (1995-97) lui permet de s’intéresser au regard porté par les premiers jésuites portugais parvenus au Japon au XVIe siècle ; il rassemble leurs témoignages et en tire la matière de deux romans édités aux éditions du Seuil, La Jonque cathédrale (2000) et L’Agonie (2003). Il poursuivra son étude en observant les points de vue des Américains et Européens découvrant le Pays du Soleil Levant dans la deuxième partie du XIXème siècle.

En 1998, il s’installe en Provence où il est responsable du service de documentation et du service culturel de l’Université du Sud Toulon-Var jusqu’en 2006. C’est l’occasion pour lui de mettre en place un cycle de musique de chambre et de tisser des liens avec les institutions culturelles de la région PACA. Il devient alors Président de la société franco-japonaise Yamato-kai et en profite pour organiser de nombreuses manifestations destinées à faire connaître la culture japonaise classique (musique, théâtre, estampes…). Depuis février 2012, il est également élu à la Présidence de l’Académie du Var et dirige l’ensemble Polychronies.