stat

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2014

Emmanuel Bing critique "Nouvelles bartlebyennes" pour le site Écrits-Vains (29 juin 2014)

Capture d’écran 2014-07-01 à 22.09.59.png

J'aimerais mieux pas

 

Voici un petit livre étrange, reçu il y a quelques temps déjà, et dont je me proposais de dire quelque chose, sans réellement savoir quoi. Il semble que l'obsession fondamentale de la castration occupe beaucoup cet auteur " je relis les quelques pages de ce journal et me demande ce que j'attends pour mettre mon projet à exécution, j'ai devant moi l'objet avec lequel je vais me sectionner le pénis, mais je dois rester fidèle à mon plan de départ, à savoir expliciter pourquoi et comment j'en suis venu à prendre une telle décision " ... Les personnages aux noms japonais en viennent à des extrémités d'une grande violence avec eux-mêmes.

 

L'écriture n'est pas d'une grande intensité, malgré la tentative de modernité à mon sens un peu vaine consistant à retirer les points et les majuscules initiales des phrases. C'est un peu dommage que cette préciosité masque ce qu'il aurait pu en être du réel tranchant d'une écriture.

 

La nouvelle de Melville est intéressante et angoissante, de cette phrase dont se soutient le personnage de Bartleby, I would prefer not to, comme si à chaque fois il tranchait sans le dire, et comme si ce refus masqué était une tentative, à la fois vaine et démesurée, de subjectivation, subjectivation qui lui semble impossible puisqu'il y a une fuite également devant un véritable refus, c'est un non qui n'est pas un non, c'est un non non, un à peine, un pas même ; ce qui dès lors fuit dans la nouvelle de Melville, c'est le sujet, il ne devient pas, jamais, il se fond dans une sorte de désêtre ultime, et ne disparaît que d'une sorte de déchéance inéluctable à laquelle il ne participe pas lui-même.

 

Je ne suis pas sûr que ce soit le cas des personnages d'Emmanuel Steiner, qui disparaissent de leur propre violence, de leur propre volonté, de leurs propres actes, de leur propre décision, consciente ou non, suicide (Seppuku), émasculation... ou qui ne sont qu'à peine là dans leurs actes, même sexuels (Accident)...

 

Il y a violence et jouissance qui s'étalent dans ces pages, dans une jubilation noire et interrogative, avec quelques vaines tentatives de rationalisation afin de ne pas perdre tout à fait le lecteur.

 

Capture d’écran 2014-07-01 à 22.10.17.png

Insatisfaisant par bien des points, il y a néanmoins quelque chose qui retient l'attention à la lecture, c'est la liberté que l'auteur semble vouloir se donner d'aller au bout de son fantasme — en ferait-il la traversée, ou serait-il traversé (fendu) par lui — cette liberté qui est si rare aujourd'hui en littérature et que je salue, attendant qu'il se remette au travail d'une écriture réelle, disons peut-être un peu moins ludique, un peu plus profonde, avec moins d'affèterie typographique inutile.

À suivre, pour voir, comme on dit au poker.

 

Emmanuel Bing

 

Emmanuel Steiner

Nouvelles Bartlebyennes

96 pages, 10 euros

ISBN 978-2-9541329-4-5

Chroniques du çà et là

Les commentaires sont fermés.