stat

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/06/2014

Pierre Le Vigan donne des leçons d'Eurasie grâce à la nouvelle revue "Conflits" (21 juin 2006)

Pierre Le Vigan

Pour comprendre ce qu’est l’Eurasie

pierre-le-vigan.jpg

« Il faut lire la nouvelle revue Conflits, lancée par l’historien Pascal Gauchon, entouré d’un conseil scientifique d’une grande qualité. »

Capture d’écran 2014-07-01 à 17.21.46.png

Qu’est-ce que l’Eurasie ? Au sens banal, c’est l’addition de l’Europe et de l’Asie, de toute l’Europe et de toute l’Asie, Inde, Chine, Indochine et autres régions comprises. C’est le bloc de la « grande terre » du monde. Mais ce ne peut être un projet de civilisation.

Au sens plus restreint, l’Eurasie, c’est souvent compris comme l’Europe et la Russie, en partie asiatique. L’Europe et la Russie actuelle ? Ou l’Europe et la Grande Russie du XIXè siècle et de l’Union soviétique ? Dans ce cas, il n’est pas interdit – et les eurasistes ne se l’interdisent pas – de parler de projet de civilisation.  

D’où une troisième définition de l’Eurasie, qui était celle de l’excellent numéro d’avril 2011 de la collection Autrement : « Eurasie, au coeur de la sécurité mondiale ». Cette troisième définition de l’Eurasie, c’est celle des pays de  l’ex-Union soviétique d’Asie centrale, dont le plus grand est le Kazakhstan, et qui s’étendent entre la Mongolie et la Turquie, et sont d’ailleurs en partie turcophones. Ce sont principalement les peuples ouralo-altaïques. Ce sont des pays frontières, des « limes », et ce sont les enjeux du projet de Poutine visant à ne pas se laisser encercler par l’Europe et la tentacule atlantiste. Comment ? En opposant à l’extension continue de l’Union européenne, en d’autres termes du grand marché transatlantique, et à l’extension de l’OTAN, une communauté de pays solidaires au plan économique et géopolitique. Ce projet est bon pour la Russie. Il est aussi bon pour l’Europe, il nous fait signe vers une possible réappropriation de notre destin.

Pour connaitre le projet de Poutine, qui prend forme, et qui viable, il faut lire la nouvelle revue Conflits, lancée par l’historien Pascal Gauchon, entouré d’un conseil scientifique d’une grande qualité. Précision des analyses, nombreuses cartes explicatives, entretiens, pluralité des points de vue (analyses idéologiques, géographiques, historiques, économiques…) cette nouvelle revue consacrée à « Eurasie, le grand dessein de Poutine », est à lire et à garder.

Conflits, www.revueconflits.com tel 01 42 67 81 61

N° 1 avril-mai-juin 2014 9,90 €

Capture d’écran 2014-07-01 à 17.23.26.png

 

Les commentaires sont fermés.