stat

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2013

Sur France Culture, le "Tout feu, tout flamme" de Sébastien Le Fol décrypté pour vous

081832-001.jpgDans le Tout feu, tout flamme du mardi 26 février 2013Sébastien Le Fol choisit d'associer Albert Cossery à son ami Gabriel Matzneff qui publie un nouveau livre aux Éditions de La Table Ronde en même temps que Frédéric Andrau le sien aux Éditions de Corlevour.

Une émission à réécouter ici mais je l'ai décryptée pour mes chers lecteurs ci-dessous : 

- Vous, vous préférez nous parler aujourd'hui des derniers dandys de Paris, Sébastien Le Fol...

- Oui, j'aimerais vous parler aujourd'hui de deux écrivains que je trouve méprisés par les médias, qui ont été mis en quarantaine en quelque sorte - en tous cas pour l'un d'entre eux - dont l'oeuvre n'est pas étudiée au lycée, qui sont snobés par l'Académie française.

Pourtant, ces écrivains n'ont rien à envier - me semble t-il - à Marcela Iacub. Leurs lecteurs, moins nombreux que ceux de "Belle et bête" n'en sont pas moins fervents et ils s'échangent le nom de ces réfractaires comme des codes secrets. Alors Albert Cossery et Gabriel Matzneff seraient-ils des auteurs pour happy few ? Oui si on en prend l'expression au sens littéral : les livres de Cossery et Matzneff rendent effectivement heureux les rares curieux qui osent s'y plonger. 

Ces deux immigrés, l'un Égyptien, l'autre Russe, ont mis leur vie dans leur oeuvre et ils ont osé vivre leurs passions, parfois schismatiques et à leurs risques et périls. Les lire, c'est adopter une diététique, se convertir à une philosophie de l'existence que l'on pourrait réunir sous la bannière du dandysme. 

CouvCossery.jpgNé au Caire en 1913 et mort à Paris en 2008, Albert Cossery a résumé ainsi sa philosophie : "J'ai écrit pour que les gens qui me lisent n'aient pas envie d'aller retourner travailler le lendemain". Cet oriental au profil d'aigle à qui Frédéric Andrau consacre un vibrant exercice d'admiration, Monsieur Albert aux Éditions de Corlevour, a vécu en esprit libre dans la même chambre d'hôtel de Saint-Germain des Prés pendant quarante ans, l'hôtel de la Louisiane. Cossery tenait l'oisiveté pour le souverain bien et voyait dans le travail un piège tendu par la société pour nous assujetir.

Son oeuvre est à son image, économe et subtile, une dizaine de contes qui ont été réédités par Joëlle Losfeld qui célèbrent la richesse des misérables. Je vous conseille notamment la lecture de "La violence et la dérision" qui imaginait déjà une sorte de printemps arabe. Dans une ville du Proche-Orient placée sous la coupe d'un tyran grotesque, des saltimbanques lancent une campagne de déstabilisation fondée sur la dérision. Des affiches caricaturales à la gloire du dictateur fleurissent sur les murs provoquant l'hilarité du peuple et par conséquent la chute du tyran. 

seraphin-c-est-la-fin-gabriel-matzneff-9782710370062.gif
Gabriel Matzneff aurait sans doute préféré que Kadhafi fut renversé de cette manière. Dans Séraphin, c'est la fin, son nouveau recueil de chroniques paru aux Éditions de La Table Ronde, Gab la Rafale - comme il s'est surnommé - n'a pas de mots assez durs contre l'intervention franco-britannique en Lybie. On pourra le trouver complaisant avec le défunt Guide de la Révolution. Mais depuis ses premiers articles à Combat, ce bretteur hors pair n'a de cesse de fustiger le Nouvel Ordre mondial prôné par ce qu'il appelle les pharisiens glabres d'outre atlantique. Dans ce domaine-là, au moins, Matzneff se montre plus fidèle que dans sa vie amoureuse décomposée. 

On peut ne pas être d'accord avec les idées fixes de cet archange aux pieds fourchus, mais il faut reconnaître qu'il les défend avec brio, dans un style éclatant. Chacun de ses livres est un festin. Les tomes de son journal intime se lisent comme autant d'aventures de Tintin, le sexe en plus. Avec Ivre du vin perdu, il a probablement écrit l'un des plus beaux romans de sa génération. Le polémiste est aussi étincelant. Sabre de Didi au clair, Matzneff taille en pièces les lieux communs de son époque. Il provoque en duel les moralisateurs de tous bords. 

Mais cet esprit libre est aussi un passeur, il aime partager ses admirations. Il n'en finira jamais de payer sa dette aux maîtres de sa jeunesse. Le portrait qu'il dresse de Casanova est de ce point de vue un chef d'oeuvre de gratitude. Sans Matzneff, nous ne saurions peut-être pas en France qu'il existe une religion orthodoxe. Et si tous les profs de grec ou de latin parlaient comme lui de Pyrrhon ou de Sextus Empiricus, les élèves se battraient pour assister à leurs cours. 

Avec Matzneff comme avec Albert Cossery, le lecteur a l'impression de faire l'école buissonnière et c'est bien pour ça que leurs oeuvres ne sont pas inscrites au programme. Et c'est tant mieux : les grandes passions comme les conversions les plus sincères sont clandestines.

"Monsieur Albert" est arrivé à Saint-Germain des Prés : Feu !

La pile de livres de Frédéric Andrau mise en évidence à l'entrée de L'Écume des Pages, l'affiche que j'ai posée chez Lipp, puis celle au Québec etc ...

Un bon départ ! 

Saint-Germain des Prés réserve le meilleur accueil à Monsieur Albert - Cossery, une vie publié aux Éditions de Corlevour.

860753_362980967149344_1051847631_o.jpg

857931_10151331734828995_595795535_o.jpg

859295_10151331734588995_942245585_o.jpg

27/02/2013

Cossery dans les tablettes de Christopher Gérard sur Archaïon

773739_515494921806619_733971462_o.jpgQui se souvient d'Albert Cossery ? Frédéric Andrau.

Qui se souvient d’Albert Cossery (1913-2008), cet écrivain égyptien de langue française qui vécut 56 ans dans une chambre d’hôtel à Saint-Germain-des-Prés ? Un jeune écrivain au moins, Frédéric Andrau, qui lui adresse, d’homme à homme, un émouvant salut où il retrace une vie sédentaire à l’extrême, car bornée par le Café de Flore, la brasserie Lipp, la rue de Buci et les jardins du Luxembourg. Né au Caire dans la bourgeoisie copte, Albert Cossery se découvre très jeune une vocation d’écrivain à laquelle il sacrifie tout : à part les huit livres qu’il publie en soixante-cinq ans, il refusera toute forme de travail et, non sans cohérence, tout statut social, toute propriété matérielle, puisque, à sa mort, ses biens - cravates, pochettes, chaussettes de luxe et vieilles photographies - seront empaquetés dans trois cartons.

Après avoir fréquenté le Lycée français et les cercles surréalistes du Caire, Cossery s’installe à Paris en 1945, où, grâce au soutien précoce d’Henry Miller et d’Albert Camus, il se fait rapidement un nom. Noceur infatigable, séducteur aux yeux de braise, il choisit l’oisiveté absolue comme art de vivre et le bronzage comme discipline, pareil aux chats des temples de l’Egypte ancienne. Indifférent à la politique, il lit Stendhal, Céline et Gorki en menant une vie essentiellement nocturne, aux côtés de Genet et de Nimier, de Piccoli et de Greco.

Pique-assiette, gigolo et écrivain des bas-fonds du Caire, qui inspirent tous ses romans, car par un plaisant paradoxe, cette légende du microcosme germanopratin n’écrit que des histoires égyptiennes ! Pas une ligne sur les boîtes existentialistes ! Pas un mot sur Sartre et consorts ! Une figure singulière du milieu littéraire, qu’il ignorait superbement. Une sorte de sybarite fasciné par la torpeur, adonné au culte - horizontal - du soleil. Un rêveur à l’élégance voyante, que l’on suit pas à pas, charmé par la musique lancinante de son fidèle biographe. 

Christopher Gérard 

Frédéric Andrau, Monsieur Albert. Cossery, une vie, Editions de Corlevour, 20€

PS : Deux erreurs à corriger dans le deuxième tirage: Le Grand d'Espagne, de Roger Nimier, n'est pas un roman; et Lipp ne sert heureusement pas de sodas.

PPS : Bravo à l'attachée de presse, Guilaine Depis, pour son enthousiasme communicatif ! ^_^ 

25/02/2013

Au Canada aussi, on lit Frédéric Andrau (recension sur Info-Culture.biz)

FA cote bandeau.jpgYves Gauthier a tenu à recevoir outre atlantique Monsieur Albert - Cossery, une vie.

Il l'a lu pour le site de référence canadien en matière de littérature Info-Culture biz

Il est des individus qui devienne avec ou sans leur consentement des personnages. Plus grand que nature. C’est ce genre de personnage que nous présente Frédéric Andrau avec le récit de Monsieur Albert Cossery, Une vie.

Il y a des personnes qui spontanément s’affublent d’une personnalité qui leur colle à la peau jusqu’à la mort. Il est fascinant de constater comment Albert Cossery a été capable d’ajouter un peu de mystère autour de sa personne pour devenir un tel personnage du monde littéraire et artistique de Paris. Et ce sur une période de plus de soixante ans.

Frédéric Andrau présente ce personnage, auteur de huit ouvrages littéraires, de quelques scénarios de films, avec une tendresse presque une affection communicative. Le lecteur ne peut y échapper. Mais il faut faire attention car chez ce personnage tout n’est pas que beauté. Il y a des côtés sombres qui portent ombrage à la grandeur du personnage.

Le lecteur va y découvrir, en plus de Monsieur Albert, nombre d’autres personnes appartenant à la faune artistique de chaque époque. Saint-Germain-des-Prés vivait des heures de gloire!

Frédéric Andrau nous propose un récit très intéressant et divertissant. (...)

23/02/2013

Cossery parmi les réfractaires mis à l'honneur dans Le Figaro et vous (23/24 février 2012)

184040_362550027192438_779297239_n (1).jpgPRIÈRE POUR LES RÉFRACTAIRES

CHRONIQUE : Jean de La Ville de Mirmont, Albert Cossery, Jean-René Huguenin... Ces trois écrivains francs-tireurs font l'objet d'exercices d'admiration. L'occasion de les (re)découvrir.

L'HUMEUR DU TEMPS

par SÉBASTIEN LE FOL

On ne les étudie pas au lycée. Ils ne siègent pas à l'Académie française. Certains d'entre eux sont tenus en quarantaine. Ou relégués au rayon des auteurs pour happy few, ce qui revient au même. Sans la ferveur d'une petite troupe de lecteurs fidèles, il y a longtemps que leurs livres seraient épuisés. Leur nom est introuvable sur Google. Heureusement, cet hiver, une série d'étoiles filantes de la littérature et de petits maîtres ont décroché leur quart d'heure de célébrité.

9782070130610.jpgDans Bleus horizons (Gallimard), Jérôme Garcin sort de l'ombre Jean de La Ville de Mirmont, ce poète bordelais enseveli par un obus allemand. Le 28 novembre 1914, dont le lyrisme à la musicalité prodigieuse inspira Fauré et fut salué par Mauriac "Je suis né dans un port et depuis mon enfance/J'ai vu passer par là des pays bien divers/Attentif à la brise et toujours en partance/Mon coeur n'a jamais pris le chemin de la mer" (L'Horizon chimérique)

CouvCossery.jpgCent ans après sa naissance, le regretté Albert Cossery inspire un beau livre de gratitude à Frédéric Andrau Monsieur Albert aux éditions de Corlevour). Locataire durant un demi-siècle de la chambre 58 à l'Hôtel La Louisiane, dans le quartier Saint-Germain des Prés, ce dandy oriental s'adonna à l'art difficile de la paresse. Il laissa une demi douzaine de contes parmi lesquels Les hommes oubliés de Dieu et Un complot de saltimbanques, odes malicieuses à la richesse des misérables, à relire à la lumière du printemps arabe et du nouveau fascisme vert . Jean-René Huguenin, lui, n'a pas eu le temps de faire une oeuvre. Le 22 septembre 1962 ce jeune hussard ardent, ancien élève de Julien Gracq et fils spirituel de Mauriac, sortant de la nationale 10, entre Paris et Chartres. Quelques jours plus tard Roger Nimier se tuait au volant de son Aston Martin.

Revenons à Huguenin. Il venait d'avoir 26 ans. Depuis ce jour-là, les fidèles prononcent son nom comme un sésame ouvre-toi. Son journal intime a été le compagnon et le miroir de leur adolescence. Ils en connaissent encore certains passages par coeur. Jérôme Michel est de ceux-là.

487321_398815516881271_616729186_n.jpg

Dans Un jeune mort d'autrefois (à paraître le 14 mars chez Pierre-Guillaume de Roux), ce haut fonctionnaire paie sa dette à ce grand frère spirituel, silhouette rimbaldienne des Trente Glorieuses, version Tel Quel du romantisme. Huguenin avait la tentation du phalanstère. Il croyait à l'aristocratie des âmes fortes. S'il avait vévu, il aurait probablement consacré un exercice d'admiration à son cher Lermontov, l'auteur d'Un héros de notre temps, qui l'avait tant marqué. Manifester son admiration, c'est non seulement transmettre la flamme, mais aussi espérer une résurrection. Les livres de Garcin, Andrau et Michel sont des prières. Les morts auxquels elles s'adressent sont probablement des auteurs qui les ont révélé à eux-mêmes , aidé à devenir ceux qu'ils sont aujourd'hui. Pour des raisons diverses, ils se sentent en communion avec eux. Peut-être la confidentialité de ces auteurs les a-t-elle attirés. Mais cette envie de se distinguer n'explique pas tout. Ce que raconte chacun de ces essais, c'est ce moment magique où un lecteur se dit ce livre a été écrit pour moi.

20/02/2013

Bruno de Cessole a lu Frédéric Andrau pour Valeurs actuelles

VALEURS ACTUELLES N°3976

DU 7 AU 13 FÉVRIER 2013
GUIDE CULTURE 

Albert Cossery, le dandy altier *** (trois étoiles = très bon livre) - Par Bruno de Cessole

cosseryphotoval.jpgPhoto : l'écrivain au Jardin du Luxembourg où il passait ses journées à rêver ses livres et à couver du regard les jeunes et jolies passantes.

Les princes de ce monde ne sont pas ceux qu'un vain peuple pense : vedettes du ballon rond à demi lobotomisées, starlettes botoxées, milliardaires clinquants ou politiciens fiers de leur inculture. Ce sont, tout à l'encontre, des marginaux discrets, souverainement libres, allégés des pesanteurs sociales, affranchis des contingences élémentaires, et qui dédaignent de perdre leur vie à la gagner. Héritier de Diogène le Cynique et du Neveu de Rameau, Albert Cossery, écrivain égyptien de langue française, figure tutélaire de Saint-Germain-des-Prés, était l'un de ces princes ignorés, qui n'apparaissent jamais en couverture des magazines, et dont les frasques subtiles ne défraient pas la chronique. "N'être l'esclave de rien ni personne" : il fut, toute sa longue vie, adonnée à l'art difficile du farniente, fidèle à cette intransigeante devise.

Né au Caire en 1913, dans une famille relativement aisée, il tenait de son père que la divine paresse, loin d'être une tare, est le luxe des esprits libres et contemplatifs. Très vite, il sut que la seule ambition digne d'être poursuivie se confondait avec la littérature, et que la "vraie vie", la seule digne de ce nom, se déroulait en marge des circuits balisés et des plans de carrière. Baudelairien, Albert Cossery le fut non seulement dès ses premiers poèmes, mais dans son inimitable art de vivre, voué au culte de la beauté et des charmes féminins, dédaigneux de la rentabilité du temps et de toute possession matérielle. Si attaché qu'il fût à sa ville natale et à sa faune bigarrée, il prit conscience qu'il lui fallait s'épanouir hors de cet horizon borné.

C'est à Paris qu'il trouva son lieu et sa formule, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Locataire impécunieux, durant quarante ans, de la chambre 58 à l'hôtel La Louisiane où il devait mourir, comme Oscar Wilde, au-dessus de ses moyens, il mena dès lors, entre le Café de Flore et le Jardin du Luxembourg, une existence de sybarite dédiée aux amours fugaces, aux virées nocturnes, et à la gestation capricieuse d'une oeuvre romanesque aussi mince qu'exigeante.

cosseryval.jpgDes Hommes oubliés de Dieu (1941) aux Couleurs de l'infamie (1999), ces livres de conteur oriental célèbrent la richesse des misérables et la misère des puissants, l'inutilité de l'action et les vertus du désir. "La conquête d'un Empire, clame l'un de ses personnages, ne vaut pas une heure à caresser la croupe d'une jolie fille assoupie sous la tente, dans l'immobile désert", tandis qu'un autre assène : "Il faut une âme basse pour souhaiter la célébrité dans un monde aussi débile !". Jusqu'au terme de sa vie, ce dandy altier et sans le sou, d'une élégance légendaire, vécut aux dépens de ses admirateurs, en ne s'étant jamais abaissé à écrire pour vivre. À l'instar de Byron, Albert Cossery mit son génie dans sa vie et son talent dans son oeuvre. D'où, peut-être, les derniers mots angoissés qu'il laissa, le jour de sa mort : "Qui se souviendra d'Albert Cossery ?" Merci au romancier Frédéric Andrau d'avoir, dans ce beau livre mémorial, répondu présent.

Bruno de Cessole

Monsieur Albert. Cossery, une vie, de Frédéric Andrau, Éditions de Corlevour, 280 pages, 19,90 €